Mondial de hand : Les Bleus se qualifient facilement pour le tour principal

Au Mondial de handball, tout va bien pour les Bleus. La large victoire acquise face à l’Arabie saoudite (41-23), samedi à Katowice en Pologne, a permis à l’équipe de France de valider sa qualification pour le tour principal.

Tous les voyants sont donc au vert avant d’affronter la Slovénie lundi en clôture du tour préliminaire, sauf un, au poste d’arrière gauche, où Elohim Prandi est en manque de rythme et de confiance. Aussi aisé soit-il, le succès face aux Saoudiens ne servira par contre à rien à la France au tour principal, puisque seuls seront conservés les points acquis face aux autres équipes qualifiées.

Dika Mem au repos

L’équipe de Guillaume Gille, victorieuse de la Pologne en ouverture (26-24), devra donc battre les Slovènes afin de sortir de ce premier tour avec quatre points. Un succès d’autant plus crucial après la victoire slovène contre la Pologne en soirée (32-23) : une défaite et les Bleus aborderaient le tour principal avec un retard de deux points sur eux. « On sait que lundi, il n’y aura plus à réfléchir », a ainsi affirmé le sélectionneur.

Contre l’Arabie saoudite, Gille a pu reposer l’arrière droit Dika Mem, joueur clé « au programme de dingue ces six derniers mois ». Le Barcelonais a rejoint au repos le capitaine Luka Karabatic, toujours blessé au dos. L’ailier droit Valentin Porte a lui fait son retour après avoir manqué le premier match en raison d’une gêne à une cuisse. « Je ne suis pas encore à 100 % mais ça n’a pas empiré, j’ai pu courir, jouer un peu en défense, ce que je voulais. Maintenant, c’est l’enchaînement qui va être important. Il faut que je reprenne un peu le rythme », a déclaré l’ancien capitaine.

Son coéquipier à Montpellier, le gardien Charles Bolzinger, a lui connu sa première sélection à 22 ans, entré en fin de match au relais de son concurrent dans l’Hérault Rémi Desbonnet. Qui avait lui-même suppléé, avec succès (6 arrêts sur 12), en seconde période Vincent Gérard (5/19).

Prandi « doit reconstruire son capital confiance »

Gille a également pu, en seconde période, faire souffler ses deux pivots (Tournat et Fabregas) en défense et donner du temps de jeu à Romain Lagarde (1/3). Au relais de Prandi qui, après avoir bien débuté (2/2), a sérieusement baissé de pied, entre échecs au tir (31e, 3/5 au final) et mauvaises passes (38e). « J’ai l’impression de ne pas avoir le bon timing, le bon rythme. Je ne veux pas me trouver d’excuses », a commenté le joueur du PSG, auteur d’une très bonne première partie de saison en club.

Mais le niveau international, qu’il retrouve après plus d’un an d’absence après avoir été poignardé dans la nuit du 31 décembre 2021 au 1er janvier 2022, est un cran au-dessus, a souligné Gille. « Il doit reconstruire son capital confiance au niveau international », a noté le sélectionneur. Cela sera l’occasion de le faire lundi contre la Slovénie.