Moldavie : Conférence internationale à Paris pour aider le pays, victime collatérale de la guerre en Ukraine

Ce lundi, 45 délégations internationales représentant l’Union européenne, les Etats-Unis ainsi que des organisations internationales et des institutions financières internationales vont tenter d’aider la Moldavie. Paris va pour cela accueillir une conférence internationale de soutien à ce pays voisin de l’Ukraine avec l’objectif immédiat de lui apporter une aide d’urgence pour traverser l’hiver tout en l’accompagnant sur la voie d’une adhésion à l’UE.

La Moldavie, pays de 2,6 millions d’habitants candidat depuis fin juin à l’entrée dans l’UE, subit de plein fouet les conséquences de la guerre, en particulier sur le plan énergétique alors que la compagnie russe Gazprom a réduit de moitié ses exportations de gaz vers Chisinau. La « plateforme internationale de soutien à la Moldavie » a été lancée à l’initiative de l’Allemagne, de la France et de la Roumanie. Deux éditions se sont déjà déroulées, la première à Berlin en mars, la seconde à Bucarest en juillet.

Un pays qui ne peut stocker du gaz

Cette troisième réunion revêt une importance particulière avec l’arrivée de l’hiver et « le chantage au gaz russe », résume une source diplomatique française. Outre le défaut d’approvisionnements en gaz russe, la Moldavie est confrontée à des coupures d’électricité liées aux frappes sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes. De plus, elle n’a pas de capacités de stockage de gaz.

Le ministre moldave des Affaires étrangères Nicu Popescu a évalué à 1,1 milliard d’euros le besoin de financement supplémentaire pour couvrir les surcoûts énergétiques du pays cet hiver. Son gouvernement s’est tourné vers la Roumanie pour acheter du gaz à bas prix mais le pays demeure extrêmement vulnérable. De plus, le « pays est menacé militairement » avec la présence de soldats russes sur le territoire moldave, dans la région séparatiste prorusse de Transnistrie.

Et au point de vue économique, la Moldavie a dû accueillir de nombreux réfugiés ukrainiens fuyant la guerre. « Certains sont repartis mais la Moldavie compte encore environ 80.000 réfugiés ukrainiens » qu’il faut aider, selon Nicu Popescu.

Une adhésion à l’UE qui « prendra du temps »

La conférence, qui va se dérouler sous l’égide de la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna et de ses homologues allemande Annalena Baerbock et roumain Bogdan Aurescu, sera clôturée par Emmanuel Macron et la présidente moldave Maia Sandu. De nouveaux engagements financiers devraient y être pris après les quelque 600 millions d’euros annoncés lors des éditions précédentes.

A plus long terme, Paris aura en tête de placer la Moldavie sur la trajectoire des réformes et de mises aux normes européennes en vue de son adhésion à l’UE, qui « prendra du temps », prévient la source diplomatique. Le président français abordera, lui, les questions sécuritaires en bilatérale avec Maia Sandu.