Migrants : L’Europe envisage d’accueillir jusqu’à 1.500 mineurs arrivés en Grèce, annonce l’Allemagne

La chancelière allemande Angela Merkel avec la ministre de l’Education Anja Karliczek et la commissaire à l’intégration du gouvernement Annette Widmann-Mauz, à Berlin le 6 mars 2020. — AFP

Une coalition de pays « volontaires » de l’Union européenne envisage de prendre en charge jusqu’à 1.500 enfants migrants actuellement bloqués sur les îles grecques par mesure de soutien « humanitaire », a annoncé lundi matin le gouvernement allemand.

Cette annonce intervient alors que le chef de l’Etat turc est attendu lundi à Bruxelles pour des entretiens avec les responsables de l’Union européenne sur la situation des migrants à la frontière turco-grecque. « Au plan européen une négociation se tient ces jours-ci au sujet d’une solution humanitaire avec l’objectif d’organiser la prise en charge de ces enfants dans le cadre d’une « coalition des volontaires » », a souligné le gouvernement allemand dans un communiqué, sans préciser les noms des pays impliqués.

Le parti conservateur d’Angela Merkel redoute un mauvais « signal »

« Nous voulons soutenir la Grèce à faire face à la situation humanitaire difficile de 1.000 à 1.500 enfants se trouvant sur les îles » du pays, ont ajouté les partis de la coalition gouvernementale de la chancelière Angela Merkel, conservateurs et sociaux-démocrates, à l’issue d’une réunion de plusieurs heures ayant commencé dimanche soir. « Il s’agit d’enfants qui, en raison d’une maladie ont urgemment besoin de soins, ou d’enfants non accompagnés et âgés de moins de 14 ans, pour la plupart des filles », ont-ils souligné.

Les partis de gauche en Allemagne notamment font pression depuis plusieurs jours pour que l’Europe et l’Allemagne en particulier prennent en charge les enfants déjà présents en Grèce ou se pressant à la frontière turco-grecque, après la diffusion d’images sur la situation très précaire de nombreux mineurs sur place. Certains responsables du parti conservateur d’Angela Merkel avaient toutefois exprimé ces derniers jours leur scepticisme, redoutant d’envoyer un mauvais « signal » aux migrants qu’ils étaient à nouveau les bienvenus en Allemagne.

Le pays a accueilli plus d’un million d’entre eux à la suite de la crise des migrants de 2015, ce qui a créé des remous politiques importants dans le pays et fragilisé jusqu’à aujourd’hui la chancelière Angela Merkel en dopant l’opposition d’extrême droite notamment.

2 partages