Meurtre de Sophie Toscan du Plantier : Ian Bailey brièvement arrêté avant une possible extradition

Ian Bailey, condamné en France pour le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, sur une photo prise en 2015. — RollingNews/SIPA

Le Britannique Ian Bailey, condamné en son absence en France pour le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, a été brièvement arrêté ce lundi avant l’examen d’une demande d’extradition des autorités françaises, lors d’une audience devant la Haute Cour de Dublin.

« La Haute Cour a reconnu le mandat d’arrêt » européen émis par les autorités françaises, a indiqué un porte-parole de la juridiction à l’AFP, ce qui lance la procédure d’examen sur le fond de la demande d’extradition.

Une audience le 20 janvier

Le juge a ordonné l’arrestation d’Ian Bailey, avant que celui-ci ne soit remis en liberté « sans condition », afin de permettre à « l’affaire d’avancer devant la Haute Cour à Dublin », a expliqué son avocat, Frank Buttimer, à l’AFP.

Cette Cour examinera si l’extradition réclamée par les autorités françaises est « légale ou pas », a-t-il précisé. « C’est une étape préliminaire », a-t-il ajouté, précisant que la prochaine audience était prévue le 20 janvier.

Condamné en son absence à 25 ans de réclusion

Ian Bailey a été condamné en juin à 25 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Paris pour le meurtre de la productrice française de 39 ans peu avant Noël 1996, en Irlande.

Le corps de la victime, femme du producteur de films Daniel Toscan du Plantier, avait été découvert au matin du 23 décembre 1996 par une voisine, en contrebas de sa maison isolée de Schull, sur la côte sud-ouest de l’Irlande. Elle avait eu le crâne fracassé et portait de nombreuses blessures de défense, démontrant qu’elle s’était farouchement débattue.

Très vite suspecté par la police irlandaise, Ian Bailey  a toujours clamé son innocence. Il avait été placé deux fois en garde à vue en 1997 et 1998, mais jamais poursuivi en Irlande, faute de preuves suffisantes.

Jamais poursuivi en Irlande

La cour française a au contraire estimé qu’il y avait « des éléments de preuves suffisants » pour condamner l’accusé, en dépit de ses « dénégations constantes ». Elle a également délivré un mandat d’arrêt à son encontre, alors que Dublin a déjà refusé par deux fois de l’extrader, invoquant l’absence de réciprocité en la matière.

Aucune condition n’accompagne la remise en liberté d’Ian Bailey, « sauf celle d’assister aux audiences quand la cour exige sa présence », selon Me Buttimer.

Société

Meurtre de Sophie Toscan du Plantier: Ian Bailey clame à nouveau son innocence

Justice

Meurtre de Sophie Toscan du Plantier: Le procès s’est ouvert en l’absence de l’accusé Ian Bailey

1 partage