Météo : L’année finit avec le record de la nuit « la plus douce » d’un mois de décembre en France

L’année 2022 s’achève donc sur un (nouveau) record météorologique. La France a connu entre le 30 et le 31 décembre une nuit « historiquement douce » pour le dernier mois de l’année, à l’image d’une année 2022 hors norme sur le plan climatique.

C’est simple, « à l’échelle du pays, il s’agit de la nuit la plus douce jamais connue au mois de décembre », notamment pour Paris et pour un large quart nord-ouest du pays, a indiqué Météo France, relevant quelques températures minimales records pour le mois, comme à Rennes, avec 14,1 degrés (précédent record 13,9°C le 11 décembre 1961), Nantes, avec 14,9 degrés (précédent record 13,8°C le 21 décembre 1989), ou l’agglomération d’Angers, avec 14,4 degrés sur la commune de Beaucouzé (précédent record 13,6°C le 22 décembre 2020).

« Une masse d’air d’origine subtropicale »

Paris a également connu un record nocturne pour un mois de décembre avec 14,3 degrés (précédent record 14°C le 11 décembre 1961), comme d’autres communes d’Ile-de-France. D’autres villes du grand ouest ont contribué à cette nuit de records, comme Le Mans (14,2°C contre 13,9°C le 18 décembre 1987), l’île de Noirmoutier (13,9°C contre 13,6°C le 12 décembre 1961), Tours (14,2°C, précédent record 13,3°C le 11 décembre 1961) ou Orléans (13,9°C contre 12,9°C le 11 décembre 1961).

Pour ce qui est de la journée, « cette Saint-Sylvestre s’inscrit dans les trois journées d’un mois de décembre les plus chaudes à l’échelle du pays », avec « plus de 8 degrés d’excédent thermique » par rapport aux normales de saison, derrière le 16 décembre 1989, et le 4 décembre 1953, ajoute Météo France.

Ces températures anormales sont dues notamment au « déferlement d’une masse d’air extrêmement doux pour la saison, d’origine subtropicale », indique Météo-France.