Météo : la douceur exceptionnelle de l’hiver contraint de nombreuses stations à fermer

Ces derniers jours, la remontée des températures accompagnée de pluies en montagne a particulièrement freiné l’activité des stations de ski alpin, particulièrement en basse montagne. La moitié des pistes françaises ont dû fermer, faute de neige. La France a connu cette année un Noël particulièrement doux, bien au-dessus des normales de saison et au deuxième rang des plus chauds depuis l’après-guerre.

« On avait attaqué les vacances avec une bonne situation suite à une vague de froid et de neige, mais à partir de la fin de la semaine dernière, la douceur et les pluies ont conduit à la fermeture de la moitié des pistes », constate Laurent Reynaud, délégué général de Domaines skiables de France (DSF).

« Nous sommes inquiets, la matière première manque à l’appel »

Les Alpes du Sud, avec trois quarts des pistes ouvertes, et les Alpes du Nord, en particulier la Savoie, sont les moins pénalisées, mais dans les autres massifs comme les Pyrénées (un quart des pistes ouvertes), les Vosges ou le Jura (moins d’un quart des pistes ouvertes), la situation est plus préoccupante.

Ainsi, de nombreuses stations comme La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées-Atlantiques), Saint-Pierre de Chartreuse/Le Planolet (Isère), Le Tanet (Vosges), Les Rousses (Jura) ou Croix de Bauzon (Massif Central) ont dû se résoudre à barrer leurs domaines ces derniers jours. Dans les Pyrénées, une dizaine de stations sur 30 sont fermées, et dans celles qui sont ouvertes, la majorité des pistes sont fermées.

« Nous sommes inquiets, la matière première manque à l’appel. Il y a une angoisse sur le maintien des réservations, le temps nous dira à quel point la situation aura un impact sur celles-ci », confie de son côté Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM).

« On constate de plus en plus de difficultés début décembre, et la neige tombe de plus en plus en altitude, sur les versants exposés au nord. Ce bouleversement climatique nous a conduits à nous adapter, avec la neige de culture (artificielle, N.D.L.R.) mais aussi en développant d’autres activités », poursuit le maire de La Plagne Tarentaise, dont le domaine, situé plus en altitude, est relativement épargné par le manque de neige.

Or les prévisions à court terme ne vont pas rassurer les acteurs de la montagne : selon Météo-France, des maximales largement supérieures aux normales sont encore attendues cette fin de semaine, en plaine comme en altitude.