Meta (Facebook) plonge en Bourse après des résultats catastrophiques

La descente aux enfers continue. Revenus en baisse, bénéfice net divisé par deux, stagnation du nombre d’utilisateurs : Meta, (Facebook, Instagram, WhatsApp) traverse une mauvaise passe, mais son patron Mark Zuckerberg ne démord pas de son Graal: bâtir le métavers. Mmalgré l’indifférence du public et les doutes de Wall Street.

Le groupe californien a vu son bénéfice net fondre à 4,4 milliards de dollars au troisième trimestre (-52 % sur un an) et son chiffre d’affaires baisser de 4 %, à 27,7 milliards de dollars.

Meta plongeait de presque 20 % après la publication des résultats lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse de New York. En un peu plus d’un an, l’entreprise a perdu près des trois quarts de sa valeur. Si l’action ouvre à 104 dollars au matin, Meta ne vaudra plus que 280 milliards de dollars, un niveau jamais vu depuis 2016.

« Concurrence accrue »

Comme Google (Alphabet), Meta subit l’inflation et la hausse des taux d’intérêt, qui conduisent de nombreux annonceurs à revoir leur budget marketing à la baisse. « Nous affrontons un environnement macro-économique instable, une concurrence accrue, des problèmes de ciblage publicitaire et des coûts accrus pour nos investissements de long terme, mais je dois dire que nos produits ont l’air de s’en sortir mieux que certains commentaires ne le suggèrent », a tenté de tempérer Mark Zuckerberg mercredi, pendant la conférence aux analystes.

Les nouvelles règles d’Apple, qui obligent les applications à demander la permission des utilisateurs pour les suivre à la trace et leur envoyer des pubs, ont aussi beaucoup compliqué la tâche de Facebook et d’Instagram.

Le géant des réseaux sociaux « se tient sur des jambes chancelantes », a réagi Debra Aho Williamson, analyste d’Insider Intelligence. La décision du dirigeant « de concentrer son entreprise sur la promesse future du métavers a détourné son attention de la dure réalité actuelle ».

En tout, quelque 3,71 milliards de personnes utilisent au moins un des services de l’entreprise (réseaux sociaux et messageries) tous les mois, soit seulement 1,6 % de plus qu’avant l’été.

Pertes colossales du Métavers

Le groupe a peu de recours contre le contexte économique mondial ou son puissant voisin à la pomme, mais Mark Zuckerberg s’est félicité des progrès des « reels », un format de vidéos courtes copié à la très populaire TikTok.« Plus de 140 millions de reels sont jouées sur Facebook et Instagram chaque jour, soit 50 % de plus qu’il y a six mois », a-t-il annoncé. « Et nous pensons que nous gagnons des parts de marché de temps passé (sur nos applis) à des concurrents comme TikTok ».

La branche Reality Labs, chargée des plateformes et équipements de réalités virtuelle et augmentée, a creusé ses pertes de 2,6 milliards de dollars à 3,7 milliards au troisième trimestre. Et ça ne devrait pas s’arranger en 2023.