Mercato OL : Joachim Andersen pourrait-il déjà quitter Lyon cet été, un an après son colossal transfert ?

Le 7 août, Joachim Andersen était entré en jeu face à la Juventus de Cristiano Ronaldo pour préserver la qualification de l’OL (1-0, 1-2) pour le Final 8. — Antonio Calanni/AP/SIPA

  • Durant l’été 2019, l’OL pensait avoir (enfin) trouvé son grand défenseur central, en signant la révélation de la Sampdoria Joachim Andersen pour une somme record de 30 millions d’euros (bonus inclus).
  • Le Danois de 24 ans a vécu une première saison très compliquée, avec 28 titularisations souvent marquées par sa fébrilité.
  • Face aux rumeurs l’envoyant d’ici au 5 octobre au Torino, 20 Minutes se penche avec deux de ses anciens formateurs, sur ses difficultés et ses perspectives à Lyon, qui se déplace dimanche (17 heures) à Lorient.

Joachim Andersen est-il le premier joueur de l’histoire à avoir annoncé son transfert via un surprenant sondage Instagram ? Mardi soir, le défenseur central de l’OL a en tout cas voté en faveur de son départ d’ici au 5 octobre au Torino. Alors, trolling ou vraie tendance au moment où plusieurs médias italiens estiment la transaction en bonne voie ? Un membre de l’entourage du Danois de 24 ans est formel : «  Joachim est souvent interpellé dans des discussions de supporters comme celle-ci sur les réseaux sociaux. Pour le fun, il voulait voir le résultat de ce sondage. Il ne faut pas chercher une signification quant à son avenir là-dedans ».

Il n’empêche que la piste de son départ dès ce mercato estival semble sérieuse tant celui-ci ne s’est pas imposé à Lyon, un an après avoir quitté la Sampdoria (Serie A) pour 30 millions d’euros (dont 6 millions d’euros de bonus). Il a été titularisé à 28 reprises (toutes compétitions confondues) depuis 14 mois et il ne s’est jamais rendu indispensable. La belle aventure européenne des Lyonnais cet été, entre Turin et Lisbonne, s’est d’ailleurs systématiquement appuyée sur une triplette défensive Denayer-Marcelo-Marçal.

« J’ai toujours pensé qu’il aurait besoin de temps en Ligue 1 »

« Je suis convaincu que Joachim est un top player, indique René S. Andersen, son entraîneur dans la catégorie U17 au FC Midtjylland (Danemark). Je constate que toute l’équipe lyonnaise a globalement été décevante en championnat et que forcément, tout le monde attendait davantage du plus gros transfert de l’histoire du club. » Car ses boulettes régulières, comme à Nantes (3-4) et surtout à Bordeaux (1-2) en janvier, cristallisent une fébrilité qui étonne son ancien entraîneur. « J’avoue que je ne comprends pas pourquoi il était parfois aussi hésitant la saison passée, soupire René S. Andersen. Mais quand tu manques tes débuts et que tu enchaînes quelques erreurs, le doute entre dans l’esprit de tout le monde, de tes partenaires, de ton coach et de toi-même. »

Directeur technique du FC Twente (Pays-Bas), où le Danois a évolué de 2013 à 2017, Ted van Leeuwen n’est pas vraiment surpris par cette si difficile adaptation : « J’ai toujours pensé qu’il aurait besoin de temps vu comme les attaquants sont explosifs en Ligue 1 et qu’il y a beaucoup plus d’espace dans le dos des défenseurs qu’en Italie. Si l’OL est patient, tout le monde verra que la qualité de Joachim n’est pas en cause. Mais un club pareil n’a pas de temps. »

Un Emanuel Mammana 2.0 ?

Transféré en 2017 au Zénith Saint-Pétersbourg, une seule saison après être arrivé à Lyon, le défenseur international argentin Emanuel Mammana en sait quelque chose. Comme lui, Joachim Andersen a débarqué en Ligue 1 avec une réputation de joueur technique et d’excellent relanceur. Les supporters lyonnais n’ont pas vraiment pu s’en rendre compte sur la durée tant Marcelo a vite eu les faveurs de Rudi Garcia, après le limogeage de Sylvinho en octobre. Ted van Leeuwen a son explication à ce sujet.

Il y a parfois ce genre de dommages collatéraux dans le football. Rudi Garcia n’est pas l’entraîneur qui l’a recruté et très peu de joueurs gardent une grande confiance en eux lorsqu’ils sentent qu’ils ne sont pas le premier choix de leur coach. Regardez les mauvais débuts de De Ligt à la Juve, et le niveau actuel de Kepa à Chelsea… Rien n’est normal là-dedans et tout ça est lié à la confiance. »

Une crise de confiance qui pénalise aussi les ambitions de l’intéressé avec la sélection danoise. Systématiquement retenu dans le groupe à chaque trêve internationale, le défenseur d’1,93 m ne compte en effet qu’une cape avec les A, bloqué par la doublette Simon Kjaer (Milan AC)-Andreas Christensen (Chelsea). « Je vois en lui le futur capitaine de l’équipe nationale et je l’imaginais bien sûr avoir déjà davantage sa chance la saison passée », estime René S. Andersen.

« Il faut parfois faire un pas en arrière dans sa carrière »

Joachim Andersen a déjà connu pareille impasse il y a deux ans, après n’avoir disputé que sept matchs de Serie A pour sa première saison à la Sampdoria. De quoi s’accrocher à Lyon, même s’il devrait à nouveau commencer sur le banc dimanche (17 heures) à Lorient ? « Je ne le vois pas comme un joueur qui va baisser les bras comme ça, poursuit son ancien coach en U17. Avec son histoire en Italie, il a prouvé qu’il pouvait rebondir après une saison quasi-blanche. Mais s’il sent qu’il part encore comme numéro 3 ou numéro 4 dans l’esprit du coach, alors il ne va peut-être pas se battre. »

Pour Ted van Leeuwen, l’hypothèse d’un départ fait vraiment sens aujourd’hui : « La situation est différente par rapport à l’été 2018, notamment car les attentes sont beaucoup plus fortes autour de lui qu’elles ne l’étaient à la Sampdoria. A 24 ans, il a vraiment besoin de jouer et si ça doit être dans un club de moindre importance en Italie, tant pis. Il sait que la Serie A lui correspond très bien. Il faut parfois faire un pas en arrière dans sa carrière afin d’en faire trois en avant plus tard ».

Sport

OL-OGC Nice : Joachim Andersen et Kasper Dolberg se défient dans un duel de Danois « aux caractères très différents »

Sport

OL: Pour Joachim Andersen, «si tu n’as pas l’ambition d’être champion, tu n’es pas au bon endroit à Lyon»

0 partage