Méga-bassines à Sainte-Soline : Elisabeth Borne ne décolère pas après les manifestations

Quatre jours après la manifestation de Sainte-Soline qui a entraîné de violents heurts avec les forces de l’ordre, le gouvernement ne digère pas les faits. La Première ministre Élisabeth Borne a dénoncé mercredi devant le Sénat « des scènes inacceptables et profondément choquantes » samedi lors de la manifestation près d’un chantier d’une retenue agricole contestée à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres.

Une manifestation interdite, mais ayant rassemblé plusieurs milliers de personnes, près de ce chantier de méga bassines a donné lieu à de violents heurts entre des militants radicaux et les forces de l’ordre. 61 gendarmes ont été blessés dont 22 sérieusement, selon le ministère de l’Intérieur.

Le gouvernement délaisse « sciemment » le terme d’« écoterrorisme »

« Si la majorité des manifestants étaient pacifiques, plusieurs centaines d’individus violents ont pris à partie les gendarmes qui protégeaient le site, a indiqué la cheffe du gouvernement. La justice est saisie, et je peux vous l’assurer, il n’y aura aucune impunité pour ces auteurs de violences ».

Après ces incidents, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a évoqué un « écoterrorisme » de la part des manifestants violents. Un terme que n’a pas repris Elisabeth Borne au Sénat ni, « sciemment », le porte-parole du gouvernement Olivier Véran mercredi à la sortie du Conseil des ministres.