Méditerranée : Tout l’été, elle a ramassé les déchets plastiques sur le littoral et son constat est « catastrophique »

Des centaines de déchets plastiques sont ramassés à chaque mobilisation. — Projet Azur

  • Anaëlle Marot incarne le Projet Azur, porté par l’association « Tout sur ma Mer ».
  • Tout l’été, elle a parcouru la mer Méditerranée à vélo et en kayak pour ramasser les déchets plastiques le long du littoral.
  • Son trajet se termine le 12 septembre à Menton.

Vélo, kayak, voici les moyens de locomotion utilisés par Anaëlle Marot pour parcourir le littoral méditerranéen et ramasser les déchets plastiques qui le polluent. Une action baptisée «  Projet Azur » et qu’a incarné, tout l’été, la jeune femme de 27 ans. Partie à vélo de Marseille, le 31 mai, elle est arrivée à Cerbère, le 5 juillet, et a continué son chemin en kayak d’Hyères le 19 juillet. De Saint-Raphaël, en passant par Cannes et par Nice, elle a fait escale le 6 septembre à Monaco.

Le 6 septembre, Anaëlle Marot a fait étape à Monaco pour une journée de collecte de déchets plastiques. Le 6 septembre, Anaëlle Marot a fait étape à Monaco pour une journée de collecte de déchets plastiques. – Projet Azur

Un chemin de 1.000 kilomètres avec un nettoyage de 57 sites, pour lequel elle a été soutenue par les associations locales et portée par la sienne, « Tout sur ma Mer ».

La carte du trajet d'Anaëlle durant l'été 2020. La carte du trajet d’Anaëlle durant l’été 2020. – Projet Azur

Cette bénévole, sensible à la pollution marine, fait un constat « catastrophique » de la situation, à deux jours de la fin de son parcourt. « Lors de nos actions on ramasse 200 kg par jour, et pourtant ce sont des zones déjà propres et nettoyées !, témoigne-t-elle. Il faut savoir qu’1 % des déchets plastiques seulement est sur le littoral, le reste est au large ou dans les fonds marins. »

« On ingurgite l’équivalent d’une carte bancaire toutes les deux semaines ! »

« La mer Méditerranée est la mer la plus polluée au monde avec une concentration en plastique la plus élevée sur la planète. Il y a des petits continents de plastiques dans la Méditerranée aussi », souffle-t-elle au téléphone. Un triste record souligné, en juin dernier, dans un article du National Géographic. Selon un rapport du WWF, en Méditerranée « la concentration de plastique est quatre fois plus élevée que dans l »île de plastique », plus communément appelé le 7e continent. »

Une pollution qui a des dégâts sur notre santé, rappelle Anaëlle Marot. « 58 % des sardines et anchois sont contaminées au plastique et ce sont les poissons les plus mangés au monde. Avec les particules de plastique dans l’air, on ingurgite l’équivalent d’une carte bancaire toutes les deux semaines ! »

Un espoir ?

« C’est un constat dramatique, mais ce qui est incroyable, c’est que j’ai rencontré peu de personnes qui me disent qu’il n’y a rien à faire. Beaucoup de gens veulent se mobiliser, par des associations par exemple et dans les gestes du quotidien. Comme avoir une gourde sur soi, toujours, que vous aimez bien ! Ou se fournir une lunch box réutilisable qui ne prend pas trop de place. »

Le 12 septembre, le Projet Azur prendra fin à Menton mais le combat de la jeune femme ne s’arrête pas là. « Après le 12 septembre, je veux éditer un bilan moral et une analyse quantitative et qualitative avec des pistes de solutions et le porter à tous ceux qui ont besoin de l’entendre : les mairies, les acteurs qu’on a ciblés et qui sont pollueurs. Pour ne pas que toute cette énergie développée ne retombe, annonce-t-elle. Et puis en 2021, il y a un projet de voir ce qu’il se passe à la source du problème, c’est-à-dire la terre. On va aller faire des prélèvements près de la Loire. »

Planète

Cannes : La ville va installer une signalétique d’évacuation en cas d’alerte tsunami, une première

Planète

Nice : Earthwake recycle le plastique pour faire rouler les camions

45 partages