Marseille : « Les touristes américains et canadiens sont revenus, avec un pouvoir d’achat qui nous intéresse »

Ils avaient disparu de la circulation. Mais cet été, les professionnels du tourisme marseillais ont dû revoir leurs bases en anglais, après deux années de disette. La saison touristique dans la deuxième ville de France a en effet été marquée par un très net retour de la clientèle étrangère sur le Vieux-Port. Ainsi, selon des chiffres communiqués ce jeudi par l’office du tourisme de Marseille, près de 49 % des touristes qui ont visité la deuxième ville de France sont d’origine étrangère. Ces touristes sont majoritairement espagnols, italiens, allemands ou originaires du Royaume-Uni.

Une fréquentation qui se retrouve logiquement dans les statistiques de l’aéroport de la ville. Le trafic aérien retrouve en effet son niveau d’avant la crise liée au coronavirus, avec une forte prégnance pour les liaisons internationales, qui représente 71 % du trafic estival, dont les 3/4 sont en provenance et à destination de l’Europe. « Nous nous réjouissons du retour de notre clientèle traditionnelle, comme les Belges, les Allemands, les Anglais et les Italiens, s’enthousiasme Julien Boulay, directeur marketing de l’aéroport Marseille Provence. On a aussi de forts pics d’augmentation de visites pour certaines destinations : + 42 % pour l’Autriche ou encore + 44 % pour la Suisse. »

Des Américains au fort pouvoir d’achat

Pour son premier été d’ouverture, la grotte Cosquer constate cette même tendance. Sur les 300.000 entrées enregistrées cet été pour ce qui constitue le monument payé le plus visité de la saison estivale à Marseille, 15 % des visiteurs de la reconstitution de cette grotte préhistorique proviennent de l’étranger. « Nous avons attiré des visiteurs déjà sensibles à ces questions, car il y a déjà des sites de ce type dans leur pays, détaille Frédéric Pradès. Ces étrangers sont essentiellement espagnols, allemands et originaires du Royaume-Uni. Nous avons beaucoup de croisiéristes en visite libre : 700 groupes ont déjà réservé un créneau de septembre jusqu’à la fin de l’année. Nous avons aussi beaucoup d’Américains, ce qui constitue une surprise pour nous. C’est sûrement suite à la nomination de Marseille par le Times récemment comme l’un des 50 destinations à visiter. »

Une nouvelle qui n’est pas pour déplaire pour les commerçants de la cité phocéenne. « Les Américains et les Canadiens sont revenus, avec un pouvoir d’achat qui nous intéresse forcément », se réjouit Guillaume Sicard, commerçant du centre-ville et président de la fédération des commerçants Marseille-Centre. Pour rappel, le tourisme génère un milliard d’euros de retombées économiques pour la ville, soit 7 % de l’économie locale et 15.000 emplois directs.