Marseille: L’enquête publique sur le «plan local d’urbanisme le plus ségrégatif jamais élaboré» a débuté

La vue sur les quartiers Nord de Marseille, qui concentrent le plus grand nombre de logements sociaux de la ville. — M. Ceilles / 20 Minutes

  • L’enquête publique sur le nouveau plan local d’urbanisme intercommunal (Plui) a commencé cette semaine. 
  • Pour l’association Un centre-ville pour tous, ce plan permet de limiter le nombre de logements sociaux grâce à un tour de passe-passe et ne promeut pas la mixité sociale.

« Ce n’est pas possible qu’après le drame de la rue d’Aubagne, le Plui soit conservé en l’état. » Patrick Lacoste, et l’association qu’il a co-fondé, Un centre-ville pour tous, ont disséqué les 10.000 pages du nouveau plan local d’urbanisme intercommunal (Plui) porté par la métropole d’Aix-Marseille. Après avoir longtemps alerté sur l’habitat indigne dans le centre-ville de Marseille, l’association tire à nouveau la sonnette d’alarme sur ce nouveau document, dont l’enquête publique doit durer jusqu’au 4 mars prochain. Pour elle, il s’agit du « Plui le plus ségrégatif jamais élaboré à Marseille ». Explications.

La mixité sociale pas au programme

Les réserves foncières, ainsi que les servitudes qui permettent de positionner toute opération immobilière avec une obligation de 30 %, voire 60 % dans certains cas, de logements sociaux n’apparaissent plus à Marseille dans ce nouveau Plui. Elles ont pourtant un effet direct sur la pression foncière, limitant de fait le prix au m2. « On a pu retrouver de tels outils dans d’autres communes du territoire déficitaire en logements sociaux, alors que la loi Alur renforce les sanctions, mais nous n’en avons pas trouvé à Marseille », explique Patrick Lacoste.

Des contradictions entre le Plui et les orientations souhaitées

Il n’y a aucune prescription spéciale pour le 1er arrondissement, et notamment pour Noailles, dans ce nouveau Plui. « Sur les 280 immeubles de Noailles, dont une grande partie propriété de marchands de sommeils, Martine Vassal dit vouloir les préempter et les racheter. Mais là non, plus il n’y a aucune obligation de logements sociaux. Le plan a été élaboré avant les orientations souhaitées après l’effondrement des deux immeubles », explique Patrick Lacoste. Le Plu précédent prévoyait un gros emplacement rue Corsec, dans le quartier de Belsunce, pour faire des logements sociaux. Dans le nouveau Plui, cet emplacement réservé a disparu, il pourra donc devenir privé, sans obligation de logements sociaux.

La part de logements sociaux par arrondissements à Marseille. La part de logements sociaux par arrondissements à Marseille. – DDTM 13

Tour de passe-passe pour éviter l’obligation de logements sociaux

Ce tour de passe-passe passe était déjà vu dans le Plu précédent, il en sera de même avec le nouveau. A Marseille, chaque programme immobilier de plus de 120 logements et désormais de plus de 100 logements, contre beaucoup moins dans d’autres villes, doit prévoir un minimum de 30 % de logements sociaux. Mais les promoteurs immobiliers découpent leur programme pour être sous le seuil de 120 logements. « Près du boulevard Michelet un programme de 600 logements est en train de sortir de terre. Mais ils ont divisé l’opération en plusieurs, chaque opération ne concerne plus que 100 logements ce qui évite de prévoir des logements sociaux, et favorise donc d’avantage de profit », détaille le cofondateur d’Un centre-ville pour tous. Un programme sur plus de 7 ha à la Belle de Mai, un quartier populaire, ne prévoit aucune servitude de mixité sociale non plus. Selon lui, seul 5 % des permis de construire déposés à Marseille concernent des opérations avec plus de 120 logements.

Des logements sociaux ? Oui mais les quartiers Nord

Le programme porté par l’Etat, Euromed 2, est le seul à prévoir des logements sociaux. « C’était une condition sine qua non de la part de l’Etat lors de la conception du programme. C’est le seul endroit de la ville où il y a un renforcement de l’offre pour les ménages modestes, et il se trouve au nord de la ville, l’endroit qui concentre déjà le plus de logements sociaux », fait-il remarquer.

Vue sur le programme Euromed, dans le quartier de la Joliette à Marseille. Le programme Euromed 2 se prolonge vers les quartiers Nord. Vue sur le programme Euromed, dans le quartier de la Joliette à Marseille. Le programme Euromed 2 se prolonge vers les quartiers Nord. – M. Ceilles / 20 Minutes

​Quelle solution pour contrer ce Plui ?

Patrick Lacoste appelle les Marseillais à se documenter, à poser des questions sur leurs quartiers, leurs équipements. « C’est très difficile de s’emparer d’un tel document, mais c’est important », admet-il. Il les invite donc à participer à l’enquête publique, à rencontrer les commissaires enquêteurs, pour les amener à rendre un avis négatif sur le Plui. « Il a de toute façon était pensé à l’envers puisque la présidente de la métropole, Martine Vassal, a convoqué prochainement des assises de l’habitat. Normalement, on fait déjà un plan de déplacement, puis un plan local qu’on insère dans le Plui », estime Patrick Lacoste. Mais il a bon espoir d’obtenir sa modification avec une large participation.

Marseille

Depuis les effondrements de deux immeubles, la Ville a pris cent arrêtés de péril imminent

Société

Un conseil municipal tendu à Marseille sans réelle proposition contre l’habitat indigne