Marseille encore plus embouteillée qu’avant le premier confinement

« Tut tut » ! Pare-chocs contre pare-chocs, les automobilistes marseillais avancent au pas. Entre les arrêts « minutes » en double file, les travaux et les incidents de circulation – à l’image de la fermeture du tunnel sous le Vieux Port ce vendredi matin après une perte de carburant d’un véhicule, les temps de parcours moyens ne cessent de s’allonger à Marseille.

« Il y a des pointes de congestions quand même hallucinantes, » observe Vincent Martinier, directeur marketing de TomTom France. Dernière pointe : un taux de congestion de 129 %, constaté le 1er décembre autour de 7 heures du matin, par l’éditeur de GPS, qui équipe, soit par mobile, soit par des systèmes embarqués une voiture sur cinq. Comprenez : pour un trajet réalisé en 20 minutes dans des conditions normales, il a fallu compter 46 minutes ce jour-là, soit 26 minutes passées dans les 
bouchons.

10 % de véhicules en plus par rapport à 2019 circulent à Marseille

Et la situation continue de se dégrader. « Depuis trois semaines, la hausse moyenne, toutes heures confondues a augmenté de 50 % par rapport à 2019 », lit sur ses graphiques Vincent Martinier.

Au rayon des explications : un regain de l’usage de la voiture constaté par l’Ifop. Ainsi, 76 % des sondés ont déclaré prendre leur voiture pour aller travailler, contre 72 % entre 2017 et 2019 (+4 points, variation de 5,2 %). Et Marseille est vraisemblablement au-delà de cette moyenne. La Dirmed (Direction Interdepartementales des routes Méditerranée) avançait dans les colonnes de La Provence une hausse de 10 % du nombre d’automobiles circulant à Marseille. Une hausse plus marquée que la moyenne, dans une ville où les habitants utilisent davantage la voiture que dans d’autres agglomérations.

Ainsi, l’Insee, établissait dans une étude publiée début 2021 que 61 % des actifs de l’aire géographique d’Aix-Marseille se rendaient au travail en voiture, contre 51 % de l’aire lyonnaise ou 56 % pour Nice et Rennes, se situant ainsi dans un niveau d’usage du véhicule équivalent à une ville comme Montpellier.

L’équivalent de 91 matchs de l’OM passé dans les bouchons

Autant dire que la situation ne devrait pas s’améliorer dans l’immédiat. L’Insee observe par ailleurs qu’un trajet domicile-travail sur deux (51 %) effectué dans l’aire géographique d’Aix-Marseille ne dépasse pas les cinq kilomètres. Ainsi, si vous hésitez encore à investir dans un vélo, une bonne paire de basket ou autres pensez à ceux qui ont un trajet quotidien de 30 minutes sur des horaires de bureau.

TomTom a calculé sur la base des chiffres de 2019 que ces personnes passaient l’équivalent de 6 jours et 14 heures par an dans les embouteillages, l’équivalent de 91 matchs de foot, ou bien de quoi écouter 2.910 Imagine, de John Lennon.