Marseille: Des manifestants brûlent une banderole « anti-blocage» du Medef local

A Marseille, les militants syndicaux ont brûlé une banderole anti blocage déployée par le Medef local. — Christophe SIMON / AFP

Des militants syndicaux réunis devant l’Union pour les entreprises (UPE) à Marseille ont mis le feu à une banderole contre les blocages, affichée par les entrepreneurs, ont constaté vendredi matin des journalistes de l’AFP.

« Retrait de la banderole ! », ont scandé deux cents personnes environ, professeurs, cheminots, militants CGT, SUD-Solidaires et CNT, sur la Canebière, devant le siège de l’UPE 13, où s’étalait en blanc sur fond bleu le message suivant : « Retraites : non au blocage, oui au dialogue ».

Intention de porter plainte

Le président de l’Union pour les entreprises, Philippe Korcia, est venu dialoguer avec les manifestants. « Vous êtes d’un côté de la barricade, nous sommes de l’autre », l’a interpellé Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale CGT. « C’est tout à fait normal », lui a répondu Philippe Korcia.

« Cette banderole est porteuse d’un double mensonge », a assuré Olivier Mateu : « dans le département, des blocages il n’y en a pas et quand ils disent non au blocage, ça veut dire non au droit de grève ». L’UPE refusant d’ôter la banderole, les manifestants ont tenté de la décrocher avec des cordes, puis l’ont partiellement brûlée à l’aide d’une gaine de chantier et d’un fumigène.

Dans un communiqué envoyé en début d’après-midi vendredi, Philippe Korcia a annoncé son intention de « porter plainte au nom de l’UPE 13 pour les dégradations subies ». Il a réitéré son « souhait d’organiser une table ronde avec l’ensemble des partenaires sociaux des Bouches-du-Rhône ».

Société

Marseille: Une centaine de manifestants descendent sur les voies gare Saint-Charles, le trafic totalement interrompu

Société

Grève du 9 janvier : « Si nous faisons les moutons, nous serons tondus ! » Jean-Luc Mélenchon appelle à la grève générale

365 partages