Maroc : Ultimes efforts pour tenter de sauver le petit Rayan, tombé dans un puits

Engagés dans une course contre la montre de plus en plus pressante, les secouristes marocains ont œuvré toute la nuit de vendredi à samedi pour tenter de sauver le petit Rayan, un enfant de cinq ans tombé dans un puits profond il y a cinq jours, dont le sort émeut le royaume et bien au-delà. Les deux derniers mètres pour atteindre le garçonnet au fond du trou de 32 mètres sont les plus difficiles en raison des risques d’éboulement.

Les travaux de forage à la main d’un tunnel horizontal de quelques de mètres avancent à pas de fourmis dans la localité d’Ighrane, d’une région déshéritée du nord du Maroc. Avec un obstacle de taille : une grande roche avec laquelle les secouristes ont dû batailler. Selon les autorités locales, les équipes du génie sont venues à bout du rocher dans la matinée après trois heures en utilisant du petit matériel électrique pour éviter les fissures et les éboulements. Un responsable de l’opération de sauvetage, Abdelhadi Tamrani, cité par le site de la télévision publique 2M, a dit avoir « de grands espoirs » d’extraire l’enfant vivant.

Un mouvement de sympathie à travers le globe

Le garçonnet a chuté accidentellement mardi après-midi dans un puits asséché de 32 mètres, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans le village d’Ighrane, près de Bab Berred, dans la province de Chefchaouen. « Je garde espoir que mon enfant sortira de ce puits vivant », a déclaré vendredi soir le père de Rayan à la télévision publique 2M. « Je remercie toutes les personnes mobilisées et celles qui nous soutiennent au Maroc et ailleurs. »

L’accident de Rayan a suscité énormément de sympathie et de solidarité sur les réseaux sociaux à travers le monde. « Les sauveteurs sont en train de littéralement bouger une montagne pour sauver le petit #Rayan, j’espère que leurs efforts ne seront pas vains et que tous ceux qui ont prié pour lui verront leurs prières exaucées », a opiné un internaute. Des milliers de sympathisants sont accourus ces derniers jours, certains de loin, en signe de solidarité, et campent sur place malgré le froid glacial de cette zone montagneuse du Rif, à près de 700 mètres d’altitude, gênant parfois le travail des secouristes.

Une équipe se tient prête pour porter secours à l’enfant depuis la brèche horizontale, dès sa sortie, ont indiqué les autorités locales, et un hélicoptère médicalisé est en standby pour le prendre en charge.