Manche: Quatre fois plus de migrants interceptés en 2019 lors de leur traversée

Une tentative de traversée de la Manche par des migrants (illustration). — Marine nationale

Près de 2.500 migrants tentant de traverser la Manche pour rejoindre la Grande-Bretagne ont été secourus en mer en 2019, soit quatre fois plus que l’an dernier, selon un bilan des autorités, quatre personnes ayant elles trouvé la mort. Au total, 261 « cas de traversées » ou « tentatives de traversées » par la mer ont ainsi été recensées cette année par les autorités françaises et britanniques, effectuées essentiellement par de petites embarcations pneumatiques souvent surchargées, selon la préfecture de la Manche et de la mer du Nord.

Côté britannique, le Home office a indiqué que plus de 125 migrants entrés illégalement au Royaume-Uni à l’aide de petites embarcations avaient été renvoyés en Europe depuis janvier. « Les individus qui entrent au Royaume-Uni illégalement ne doivent pas douter de notre détermination à les renvoyer en Europe car c’est un principe établi que les personnes en recherche de protection doivent demander l’asile dans le premier pays sûr qu’ils atteignent », a déclaré un porte-parole du Home office dans un communiqué.

55 % des traversées mises en échec en 2019

Mardi encore, une embarcation légère a été signalée « en difficulté » à environ 11 km au nord de Dunkerque puis interceptée. Les six hommes à bord, dont « certains en hypothermie », ont été ramenés au port de Calais (Pas-de-Calais). Les autorités avaient déjà porté assistance à une cinquantaine de migrants depuis dimanche matin, lors de plusieurs sauvetages. Le 26 décembre, 71 migrants avaient cette fois été interceptés au petit matin, dans un épais brouillard, répartis sur cinq embarcations parties des côtes françaises. De leur côté, les Britanniques ont également intercepté mardi trois embarcations, transportant au total 43 personnes.

Depuis la fin 2018, les traversées ne cessent de se multiplier dans la Manche, malgré les mises en garde répétées des autorités soulignant le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l’eau. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, d’où partent « 95 % » des embarcations, le «plan d’action» visant à « mettre fin » à ces traversées annoncé en janvier par le ministère de l’Intérieur « produit des résultats ». « Depuis un an, 55 % des traversées ont été mises en échec » grâce à « la forte mobilisation des forces publiques françaises en mer et sur terre », souligne le préfet du Pas-de-Calais Fabien Sudry.

Lille

Pas-de-Calais : Deux passeurs condamnés à de la prison ferme après la noyade d’une migrante

Société

Migrants : Des gendarmes supplémentaires pour éviter des nouveaux drames dans la Manche

0 partage