Maes: « J’ai la vie devant moi, mais je me dis aussi que je peux partir à tout moment »

Maes sort son nouvel album «Les derniers salopards». — Fifou

  • Maes revient avec un nouvel album, « Les derniers salopards ».
  • Drogue, Booba, maturité… Le rappeur de Sevran s’est confié à « 20 Minutes ».

« Tout vient à point qui sait attendre », tel pourrait être la devise de Maes. Parce qu’il nous a fait poireauter une heure lors de notre dernière rencontre ? Non (on lui pardonne), surtout parce que le rappeur de Sevran maîtrise à la perfection l’art du suspense, en particulier lorsqu’il s’agit de Booba, l’un de ses modèles. Jusqu’au dernier moment, Maes a fait planer le doute sur la présence du Duc de Boulogne sur son nouvel album Les derniers salopards, qui sort ce vendredi, jouant ainsi avec les nerfs de ses nombreux fans. Mais qu’ils se rassurent, B2O est bien là, tout comme Ninho et Jul qui ont répondu à l’appel.

Autre corde à son arc, Maes excelle dans l’art de brouiller les pistes et illustre parfaitement l’adage « ne jamais se fier aux apparences ». Modeste tout en étant gorgé d’assurance, l’artiste joue les mauvais garçons et philosophe comme un vieux sage, amasse les « billets verts » et roule en Clio 4, se projette dans la mort tout en savourant ses 25 ans. Et c’est bien ce côté insaisissable qui fait son charme, tout comme sa musique, tantôt mélancolique tantôt joviale.

Qui sont les « derniers salopards » derrière le titre de ton album ?

C’est mon label et mon équipe de base, le « gang ». Ça symbolise plein de choses. J’avais déjà fait un son dans Réelle Vie, l’intro de Pure s’appelait LDS. C’était évident qu’un projet s’appellerait comme ça.

Sur la pochette, tu te mets en scène autour d’une table où se mêlent homards et flingues. Cette idée vient de toi ?

C’est le photographe Fifou qui a eu cette idée de s’inspirer de cet univers de mafieux, de gangsters, inspirés de films comme American Ganster ou Les Affranchis… Ce sont des films cultes avec lesquels j’ai grandi, je les regarde encore pour le plaisir alors que je les ai vus dix fois !

Tu as dévoilé la tracklist de ton album avant sa sortie, et ce qu’on a pu remarquer, c’est qu’il y a peu de feats. La volonté de ne pas se reposer sur les autres ?

J’ai onze titres perso et trois feats avec Ninho, Jul et Booba, ça en fait déjà beaucoup ! Au dessus c’est trop, en dessous ce n’est pas assez. Moi je ne suis pas trop dans l’optique de faire un feat pour tirer la force d’untel ou untel, mais de réussir des performances avec des gens que j’écoute depuis petit. Comme un jeune joueur de foot en équipe de France qui se retrouve avec des Zidane ou des Thierry Henry, alors qu’il s’appelle Mbappé.

Comment se sont faits ces feats ?

Ninho est quelqu’un que je connais depuis longtemps, je l’ai vu évoluer dans le rap, je l’ai vu percer, il est trop fort ! On est proches et c’était logique qu’on travaille ensemble un jour ou l’autre, là je pense que j’étais à un assez bon niveau pour le faire. Et Jul c’est au feeling. Un pote à moi m’a mis en contact avec lui, Jul a été réceptif et il a kiffé, et franchement je le remercie ! C’est quelqu’un que j’écoute depuis longtemps.

Et pourquoi avoir caché à tes fans les titres avec Jul et Booba dans un premier temps ?

Pour créer un peu d’engouement, mais comme toujours il y a des parasites qui font fuiter des infos et annoncent des feats avant qu’on le fasse nous-même… Je suis aussi obligé de les protéger parce que ce sont des gros feats quand même, Booba et Jul ce n’est pas n’importe qui. C’est une question de stratégie face à l’attaque de virus !

Tu te verrais faire un album sans aucun morceau avec Booba ?

Bien sûr ! Je le mets dans mon album parce que j’aime trop ce qu’il fait et c’est réciproque, on s’entend bien, le feeling passe… Ce n’est pas spécialement calculé, on s’envoie des prods, on se dit que ce serait bien de faire ça pour le projet de l’un ou de l’autre, on se parle normalement.

Mais le fait d’être « validé » par Booba ne met pas une pression supplémentaire, et peut-être la peur de le décevoir ?

Je suis aussi validé par 20 Minutes ! Ce n’est pas une pression, mais quand je marche avec quelqu’un, on avance ensemble. Evidemment il y a des choix à faire, choisir c’est renoncer, mais si j’avais été dans un autre camp j’aurais renoncé à d’autres choses. Quand tu dis « validé » je l’entends comme « proche », et il y en a pleins qui ont été validés et qui ont ensuite eu des problèmes avec lui concernant des clashs. Mais c’étaient des artistes signés chez lui, moi non, je suis libre de mes choix.

Le point commun avec lui c’est que tu t’écartes parfois un peu du rap pour aller vers le chant. On lui a reproché, de ton côté tu t’es posé ces questions ?

J’ai beaucoup de sons rappés dans cet album par rapport à Pure. Mais moi je continuerai de chanter parce que c’est ce que j’aime faire. Pour Pure j’étais dans un état d’esprit beaucoup plus jovial et festif, celui-ci est un peu plus mature, j’ai un quart de siècle, je m’approche de la trentaine ! Je ne suis pas très vieux mais je me rends compte que ça va trop vite.

Concernant la teneur de cet album, tu parles beaucoup d’argent, tout en insistant que tu n’as pas changé. C’est bien vrai ?

C’est une motivation l’argent. Il y a des grèves en ce moment, c’est pour la défense de leurs droits et pour l’argent ! Tout tourne autour de ça, ou presque. Moi je suis un peu traumatisé, non pas par la pauvreté parce qu’on n’était pas pauvre, mais plutôt le manque de ne pas pouvoir acheter ce que je veux quand je veux. Dans la limite du raisonnable, je parle d’une paire de baskets et non d’un appartement… Et si je dis « je n’ai pas changé depuis Billets verts » [les paroles de l’un des titres de ce nouvel album], c’est parce que c’est vrai ! Je suis le même, même au niveau des vêtements je ne porte pas de marques apparentes aujourd’hui par exemple…

Et tu roules vraiment en Clio, comme tu le dis dans le titre « Chromé » ?

A ce moment-là oui, je roulais en Clio 4 ! Mais je l’ai cartonnée… J’ai eu un petit accident et j’ai changé de voiture. Je ne vais pas dire ce que c’est mais c’est une petite française, pareil.

Autre sujet, celui de la drogue est omniprésent dans tout ce que tu fais, pourquoi ça t’inspire autant ?

Parce que je suis une éponge. J’ai grandi dans un environnement où ça vend, où il y a de la violence… Là je ne parle que du négatif, mais il y a beaucoup de mauvaises choses et j’en suis imprégné, donc dès qu’on appuie sur l’éponge c’est ça qui en sort. Mais il y a de l’amour aussi, comme avec le son Imparfait, qui parle d’un amour mort.

Cette image te colle à la peau ? Tes fans s’attendent forcément à ce que tu parles de drogue ?

Après, on est dans une ère où ce qui vend, c’est la street. La rue, la violence… Malheureusement ou heureusement pour ceux qui s’y connaissent bien, ça permet d’avoir plus d’inspiration.

Dans le titre « Dragovic » tu dis que tu vas mourir jeune, c’est juste pour la formule ou tu le penses vraiment ?

Je dis « j’ai grandi dans le département le plus dangereux, je sais qu’on apprendra jamais « Maes est mort vieux » ». Je peux mourir d’un haineux ou d’un jaloux qui va me tirer dessus, je peux traverser la route et mourir… On ne sait pas ! Bien sur que je me dis que j’ai la vie devant moi, mais je me dis aussi que je peux partir à tout moment.

Culture

Maes, le mauvais garçon qui regrette de ne pas avoir écouté sa mère

Culture

Success story, humilité et rimes en «é»… Comment Kylian Mbappé est devenu la muse du rap 

20 secondes de contexte

Nous avons choisi le tutoiement pour retranscrire au mieux la spontanéité du moment.

0 partage