Lyon : Une nouvelle association fait craindre la renaissance de Génération Identitaire

Les Remparts, un « complexe communautaire » ouvert le 11 septembre dans le Vieux-Lyon, fait craindre une reformation de l’association d’extrême-droite Génération Identitaire sous une autre forme. Ce lieu fusionne le bar La Traboule et la salle de boxe L’Agogé, deux adresses prisées par les militants d’extrême-droite lyonnais. La Traboule était déjà le siège social de Génération Identitaire, officiellement dissoute en mars, par décision du ministère de l’Intérieur, « pour incitation à la discrimination, à la haine et à la violence ».

Pas de politique affichée

Les fondateurs des Remparts nient toute volonté de refaire de la politique. « Désormais, les deux locaux qui forment un complexe enraciné sur plus de 180 m2 consacreront à un rôle communautaire, culturel et sportif plutôt que politique », affirment-ils dans un communiqué de presse. Tout en annonçant que les Remparts sont destinés « aux patriotes et jeunes enracinés lyonnais », affirmant que « notre histoire et notre culture tendent à être effacées au profit de la tendance woke », et que « nous formerons les véritables remparts face à cette société qui nous nie et nous combat au quotidien », à travers des activités « communautaires et culturelles » et des entraînements de boxe.

Le député LREM Thomas Rudigoz a alerté le préfet cet été sur cette possible reformation de Génération Identitaire sous un autre nom, suivi du sénateur du Rhône Thomas Dossus, qui appelle à la « vigilance (…) vis-à-vis de cette nouvelle organisation qui nous semble reprendre les objectifs et les moyens de Génération Identitaire ». Présentée comme « Maison de l’identité lyonnaise », les Remparts ont été inaugurés le 11 septembre avec une « soirée serbe », suivie de la diffusion d’un combat de boxe.