Lyon : Sans « aucun espoir de reprise », les 1.900 emplois de Place du marché, ex-Toupargel, supprimés

C’est l’un des plus importants plans sociaux de ces derniers mois, après celui de l’enseigne textile Camaïeu en septembre. Le tribunal de commerce de Lyon a placé en liquidation judiciaire l’entreprise de livraison à domicile de produits alimentaires Place du marché (ex-Toupargel) et ses sociétés sœurs, Eismann et Touparlog, ce qui entraîne la suppression de 1.900 emplois.

Le tribunal s’était donné 48 heures mercredi pour rendre son délibéré concernant cette société basée à Civrieux-d’Azergues (Rhône) et avait justifié ce délai « l’importance du dossier et le nombre de salariés du groupe », selon Wafaa Kohily, la secrétaire (CGT) du comité social et économique (CSE). Ce jour-là, elle avait assuré qu’il n’y avait « aucun espoir de reprise ». Aucun repreneur n’avait déposé d’offre malgré l’intérêt un temps manifesté par l’enseigne discount Tazita.

Une dégradation de la situation très rapide

« Notre priorité est de travailler sur la préparation de cette liquidation judiciaire et d’accompagner aux mieux avec les services de l’Etat les salariés pour qu’ils rebondissent le plus rapidement possible », avait affirmé de son côté le président de l’entreprise Brieuc Fruchon.

La situation de Place du Marché s’est dégradée très rapidement : le groupe avait demandé fin octobre son placement en procédure de sauvegarde, puis avait été placé en redressement judiciaire fin novembre 2022.

Après sa reprise, Toupargel s’était rebaptisé Place du Marché en 2021, avec l’idée d’étendre sensiblement son offre au-delà du surgelé, vers les produits frais et l’épicerie. Certains produits distribués provenaient d’ailleurs des mêmes fournisseurs que Grand Frais. Le projet visait aussi à accélérer les ventes en ligne, alors que l’entreprise a bâti son modèle sur les ventes par téléphone. Mais cette stratégie a échoué, alimentant une chute des ventes, passées de 271 millions d’euros en 2017 à 200 millions en 2021-2022.