Lyon : « On est devenu addict à la voiture »… Les Verts, désireux de bannir le diesel en 2026, lancent une concertation de 5 mois sur la ZFE

« On est devenu addict à la voiture ». Partisans d’une ville plus apaisée, moins embouteillée et moins polluée, les écologistes ont déjà annoncé leur intention de bannir de Lyon les modèles roulant au diesel d’ici à 2026. Une mesure qui devrait concerner près de 369.000 voitures (soit près de 70% des ménages) ainsi que 100.000 poids lourds et utilitaires légers puisque les véhicules, dotés d’une vignette Crit’Air 2, devraient également faire partie du lot.

Les contours de la future ZFE, zone à faibles émissions (qui concerne uniquement Lyon, Villeurbanne et Caluire pour l’instant), doivent être encore affinés. C’est la raison pour laquelle la Métropole de Lyon vient de lancer une grande concertation sur le sujet. Une concertation qui va durer 5 mois.

Une concertation jusqu’au 5 février

Les habitants de la métropole et ceux qui y travaillent sont invités à donner leur avis jusqu’au 5 février sur le périmètre de cette zone amenée à être étendue, sur les alternatives possibles de mobilité, sur les accompagnements nécessaires pour les propriétaires des véhicules concernés.

Conscient qu’« une ZFE génère des contraintes qu’il convient d’anticiper », le président de la Métropole de Lyon Bruno Bernard a souhaité « offrir à chacune et à chacun la possibilité de donner son avis et de formuler des propositions » pour que « la ZFE lyonnaise ne laisse personne sans solution ».

5 réunions publiques et des questionnaires

« La concertation qui s’ouvre doit nous permettre d’explorer le champ des possibles pour tous les profils de territoires : quartiers urbains denses ou faubourgs, grands ensembles ou lotissements périurbains, communes du Grand Lyon et territoires voisins », poursuit-il, indiquant « croire à l’intelligence collective ».

La mesure risque bien pourtant de susciter de vives réactions. La concertation va se dérouler sous plusieurs formes : réunions publiques, ateliers, questionnaires. Un site Internet dédié (jeparticipe.grandlyon.com) doit permettre de centraliser l’ensemble des informations et des comptes rendus. La première des cinq réunions publiques est programmée le 20 septembre de 18h30 à 20h30.