Lyon : « Les habitants et les touristes ne se sentent plus en sécurité », dénonce le secteur de l’hôtellerie

Trois jours après la visite de Gérald Darmanin à Lyon, les professionnels de l’hôtellerie ont pris leur plume pour interpeller les élus locaux auxquels ils reprochent « un manque d’action et de réactivité ». « Qu’attendez-vous pour agir ? », questionnent-ils dans un communiqué, publié lundi, soulignant « le problème grandissant d’insécurité ».

« Les Lyonnais et les touristes ne se sentent plus en sécurité, appuient-ils. La ville souffre aujourd’hui d’une image fortement dégradée à travers le pays et à l’étranger. Des médias internationaux ont déjà relayé Lyon comme « symbole de l’insécurité « . »

« La clientèle locale déserte les établissements par peur »

Les représentants de l’Umih, union des métiers et des industries de l’hôtellerie, réclament des « discussions » et des « solutions urgentes » pour sauver le secteur « déjà touché par les difficultés économiques ». « Les habituels touristes de septembre-octobre ne sont pas au rendez-vous. (…) Les clients hésitent, doutent, face à une réputation de plus en plus dévastatrice dans le choix de Lyon comme destination, insistent-ils. D’autant plus grave, la clientèle locale déserte les établissements par peur. Elle fait remonter régulièrement aux professionnels du secteur leur crainte à sortir tard ou à fréquenter certains quartiers. »

Depuis plusieurs mois, Grégory Doucet et Gérald Darmanin s’opposent sur les problèmes de sécurité. Si le maire de Lyon a indiqué, à plusieurs reprises, attendre des renforts de l’Etat sur le terrain, le ministre de l’Intérieur plaide pour davantage de caméras vidéosurveillance. La visite du premier flic de France, vendredi, n’aura pas permis de régler les divergences entre deux hommes.

Divergences entre Grégory Doucet et Gérald Darmanin

Dans la matinée, Gérald Darmanin a pris tout le monde de court avec une déambulation impromptue dans le quartier de La Guillotière, où la présence policière a été renforcée ces derniers mois. Sans convier le maire écologiste à se joindre à lui. « Je ne souhaite pas que Lyon devienne le terrain de jeu d’un ministre candidat » n’a pas manqué de lâcher Grégory Doucet à la sortie de leur rencontre à l’Hôtel de Ville.

Dans un point de presse séparé à la préfecture, Gérald Darmanin a répondu que les augmentations d’effectifs de policiers nationaux étaient « au rendez-vous » avec 285 policiers de sécurité publique supplémentaires dépêchés en 18 mois, au 31 octobre prochain. « Ce qui était prévu en trois ans a été fait en un an et demi », a-t-il assuré.