Londres : Des traces d’une forme de polio retrouvées dans les eaux de la capitale de l’Angleterre

Des traces d’une forme de polio dérivées d’une souche vaccinale ont été retrouvées dans des échantillons d’eaux usées prélevés dans une station d’épuration à Londres, ont annoncé l’Organisation mondiale de la santé et les autorités britanniques mercredi.

« Il est important de noter que le virus a été isolé uniquement dans des échantillons environnementaux – aucun cas associé de paralysie n’a été détecté », a indiqué l’OMS dans un communiqué.

Une surveillance renforcée

L’OMS juge « important que tous les pays, en particulier ceux qui ont un volume élevé de voyages et de contacts avec les pays et zones touchés par la polio, renforcent la surveillance afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de virus et de faciliter une réponse rapide ».

Selon l’OMS, « toute forme de poliovirus, où qu’elle se trouve, constitue une menace pour les enfants du monde entier ». Le poliovirus sauvage est la forme la plus connue du poliovirus.

Il existe une autre forme de poliovirus qui peut se propager au sein des communautés : le poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale, ou PVDVc. Bien que les PVDVc soient rares, ils sont devenus plus fréquents au cours des dernières années en raison des faibles taux de vaccination au sein de certaines communautés.

Une station d’épuration

Les poliovirus circulants dérivés d’une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2) sont les plus répandus, selon l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, un partenariat public-privé dirigé par les gouvernements nationaux avec six grands partenaires dont l’OMS.

L’agence britannique de sécurité sanitaire a elle indiqué mercredi que les « isolats » avaient été retrouvés « dans de multiples échantillons d’eaux usées prélevés dans une station d’épuration de Londres entre février et juin. Cette station couvre une large zone dans le nord et l’est de la capitale britannique, couvrant une population de près de 4 millions d’habitants.

Ces dernières années, une moyenne de 1 à 3 isolats de poliovirus par an a été détectée dans des échantillons d’eaux usées au Royaume-Uni. Mais ces isolats n’avaient aucun lien entre eux. Dans le cas présent, indique l’agence britannique de sécurité sanitaire, « les isolats (…) sont génétiquement liés », rendant nécessaire d’étudier la transmission de ce virus dans le nord-est de Londres.

Plus de VPO depuis 2004

Selon les autorités britanniques, le scénario le plus probable est qu’un individu récemment vacciné soit entré au Royaume-Uni avant février en provenance d’un pays où le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) a été utilisé lors de campagnes de vaccination.

Alors que le Royaume-Uni a cessé d’utiliser le VPO en 2004, plusieurs pays, dont le Pakistan, l’Afghanistan et le Nigeria, ont continué à utiliser le VPO contenant le virus de type 2 pour contrôler des épidémies.

La poliomyélite est une maladie extrêmement contagieuse qui envahit le système nerveux et peut causer une paralysie permanente.