Loire-Atlantique : Un mandat d’arrêt contre un Allemand suspecté de la mort du petit Jonathan

Opérations de recherche du petit Jonathan Coulom, le 12 avril 2004 à Saint-Brévin-Les-Pins — FRANCK PERRY/AFP

  • Jonathan Coulom, 10 ans, avait été enlevé dans la nuit du 6 au 7 avril 2004 dans un centre de vacances de Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique).
  • Son cadavre avait été découvert, le 19 mai, ligoté et lesté d’un parpaing dans un étang à Guérande.
  • Martin Ney, tueur en série allemand, est suspecté de longue date.

Rebondissement de taille dans l’affaire Jonathan. La justice française a délivré un mandat d’arrêt européen contre un Allemand suspecté d’être à l’origine de la mort de Jonathan Coulom, cet écolier de 10 ans enlevé en 2004 dans un centre de vacances à Saint-Brévin-les-pins, près de Saint-Nazaire, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires.

Le juge d’instruction en charge de l’enquête sur la mort de Jonathan a indiqué avoir délivré « un mandat d’arrêt contre Martin Ney, ressortissant allemand actuellement détenu en Allemagne ». Le mandat d’arrêt « a été diffusé en la forme européenne mercredi », a-t-il précisé.

Piste explorée de longue date

Le mandat d’arrêt contre Martin Ney va être diffusé par le parquet de Nantes auprès de l’Allemagne afin d’envisager que Martin Ney puisse être entendu, a confirmé une source judiciaire. L’hypothèse de la responsabilité de Martin Ney est, parmi d’autres, explorée de longue date par les enquêteurs et cette piste a été relancée en avril 2018 par des aveux indirects, entre détenus.

Le codétenu de Martin Ney avait alors affirmé avoir recueilli les aveux de ce criminel, déjà condamné à perpétuité en 2012 pour le meurtre de trois enfants dans le nord de l’Allemagne.

Vers une mise en examen en 2020 ?

Selon le quotidien Presse-Océan, le juge d’instruction nantais espère que les autorités allemandes remettront le suspect à la France en vue de sa mise en examen « au début de l’année 2020 ».

Jonathan, originaire du Cher, avait été enlevé dans la nuit du 6 au 7 avril 2004 alors qu’il dormait avec d’autres enfants dans un centre de vacances brévinois. Après d’intenses recherches, son cadavre avait été découvert quelques semaines plus tard, le 19 mai, ligoté et lesté d’un parpaing dans un étang proche de Guérande à 25 km du lieu de l’enlèvement.

Société

Loire-Atlantique: Un nouvel appel à témoins 14 ans après le meurtre du petit Jonathan

Affaire Jonathan: Un homme arrêté en Allemagne pourrait être lié au meurtre de l’enfant

3 partages