Loire-Atlantique: Un maire refuse de détruire les cabanes des «gilets jaunes»

Des « gilets jaunes » près d’un barrage filtrant autour d’un rond-point, à Fontainebleau, le 24 novembre. — Vincent Loison/SIPA

C’est la deuxième fois en moins d’un mois qu’il refuse de détruire les cabanes des « gilets jaunes », rapporte Ouest-France. François Chéneau, le maire de Donges, près de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), refuse d’obéir à une demande du préfet, qui la justifie par une question de sécurité routière.

Les « gilets jaunes » en ont construit sur deux emplacements dans la commune de Donges. « [Les détruire] ne ferait qu’envenimer les choses et remobiliser encore plus les troupes, comme ce qui se passe ailleurs », estime François Chéneau.

Ce week-end, les pompiers ont dû intervenir dans la commune à quatre reprises pour éteindre des incendies sur des ronds-points. Le maire assure que ce n’est pas le fait des « gilets jaunes », mais plutôt d’ « activistes extérieurs ».

Politique

«Gilets jaunes»: Pour Jean-Michel Blanquer, l’occupation des ronds-points n’apportera pas de «solution»

Société

En France, des «gilets jaunes» réveillonnent sur leur rond-point

Justice

«Gilets jaunes»: Un an ferme pour des jets de projectiles sur les forces de l’ordre à Nancy

18,4K partages