Loire-Atlantique : Pascal Mazé, cet insatiable chasseur de records en apnée

Pascal Mazé tente un nouveau record samedi à Derval en Loire-Atlantique. — Pascal Mazé

  • Ce samedi, à la piscine de Derval, Pascal Mazé va tenter de battre un nouveau record, faire le maximum de longueurs (du bassin de 25 m) en une heure et en apnée dynamique.
  • Le sauveteur de la piscine de Derval multiplie les records depuis des années… toujours en apnée.
  • Pour réaliser ses exploits, il pratique la méditation et le yoga quotidiennement.

Pascal Mazé vit le nez bouché. Depuis vingt-cinq ans, il s’entraîne à l’apnée et tente à intervalles réguliers des records. Cet infirmier de formation, désormais sauveteur à la piscine de Derval en Loire-Atlantique, dit tout simplement y « trouver beaucoup de plaisir ». Ce samedi, sur son lieu de travail, il va tenter de battre un nouveau record : « faire le maximum de longueurs (du bassin de 25 m) en une heure et en apnée dynamique, soit en marchant », explique-t-il. A chaque fin de longueur, évidemment, ce n’est pas un surhomme, Pascal Mazé prendra quelques secondes de respiration. Un défi de plus pour ce sportif de 48 ans.

Pascal Mazé en plein effort. Pascal Mazé en plein effort. – Pascal Mazé

Depuis plusieurs décennies, celui qui est arrivé à Derval en provenance de Guingamp il y a quatre ans collectionne les prouesses aquatiques. « J’ai créé, initié des records », glisse-t-il. Certains ont été battus, d’autres non. Certains ont été certifiés par l’Alternative Book of Records (équivalent beaucoup moins connu et reconnu du  Guiness book des records), d’autres nonIl énumère ses exploits : « J’ai eu le premier record de l’heure en mono palme, en apnée dynamique (126 longueurs). Le premier record en apnée statique (3 heures, avec 2h42 en apnée sur ces 3 heures). Le premier record de nage « crawlée » en apnée (76 longueurs). » Pascal Mazé se plaît à « créer des records où les qualités de l’apnéiste d’endurance rejoignent les qualités du nageur ».

Il fait aussi ça pour un ami atteint de la maladie de Parkinson

En février, à Derval, il avait (encore) fait parler de lui en battant le record du monde de marche au fond de l’eau en apnée dynamique en parcourant 84 mètres, soit 5 mètres de plus que le précédent record détenu par un Turc.

Pour s’offrir tous ces exploits, Pascal Mazé ne lésine pas sur la préparation au quotidien. Il pratique ainsi tous les jours la méditation afin de mieux écouter son corps et d’éviter les accidents – comme la syncope, plus grand risque pour les apnéistes. « La méditation est essentielle pour faire de l’apnée car ça permet de vraiment se connaître, de se maîtriser, de ne pas se disperser. On apprend à reconnaître nos signaux intérieurs qui nous préviennent qu’il est temps de respirer. » La pratique du yoga fait aussi partie de son quotidien. En 2019, il a publié un livre, Sport et conscience dans lequel il évoque les bienfaits physiques, émotionnels et spirituels du sport.

Ce samedi, à 10 heures, « avec son maillot de bain, ses lunettes et lesté d’une ceinture de plomb de 7 kg », il ne tentera pas seulement un nouveau record. L’exploit sportif est aussi organisé au profit de l’association Vaincre Parkinson. « J’ai un très bon ami maître-nageur qui est atteint de la maladie », confie-t-il. A la sortie de la piscine, à 11 heures 30, il tiendra d’ailleurs une conférence de presse (ouverte au public) sur le thème (possibilité de faire des dons sur place). Auréolé sans doute d’un nouveau record. Un de plus.

Sport

Côte d’Azur: «On a la pression»… en apnée, le mental prend le pas sur le physique

Planète

VIDEO. Un tour du monde des océans en «une seule apnée», Guillaume Néry dévoile son nouveau film

0 partage