Livret A : Le taux porté de 2 à 3 % dès le 1er février, après proposition du gouverneur de la Banque de France

Le gouverneur de la Banque de France a proposé ce vendredi au ministre de l’Économie et des Finances de porter au 1er février le taux du Livret A de 2 % à 3 %, un niveau sans précédent depuis 2009 mais toujours nettement inférieur à l’inflation. Bruno Le Maire a donné son feu vert pour cette hausse dans la foulée, amenant le Livret A à un taux pas vu depuis 2009, mais toujours nettement inférieur à l’inflation.

Si la formule de calcul, prenant en compte d’une part la hausse des prix, qui a atteint 5,9 % en décembre selon l’Insee, et d’autre part les taux interbancaires, auxquels les banques s’échangent de l’argent à court terme, avait été appliquée à la lettre, le taux aurait même dû être porté à 3,3 %. Mais le gouverneur de la banque centrale François Villeroy de Galhau a préféré arrondir légèrement à la baisse, invoquant dans un communiqué des « circonstances exceptionnelles ».

Trouver l’équilibre pour le financement du logement social

« C’est quand même fois trois en un an », a argumenté Bruno Le Maire sur France 2. Encore à son niveau plancher de 0,5 % il y a un an, le taux du Livret A avait doublé une première fois au 1er février 2022 puis une nouvelle fois au 1er août, pour atteindre 2 %. Pour la Banque de France, il est souhaitable « que les mouvements de taux du livret A restent progressifs plutôt que trop volatils, et ceci à la hausse comme un jour potentiellement à la baisse ».

Moins connu que son aîné, le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) bénéficie également de cette revalorisation à 3 %. Les quelque 500 milliards d’euros déposés par les Français sur les livrets A et LDDS, dont la majeure partie est centralisée par la Caisse des dépôts (CDC), sont destinés en partie à financer le logement social, l’économie sociale et solidaire ou encore les économies d’énergie dans les logements. Mais un taux « trop élevé serait très défavorable » au « financement du logement social et de la politique de la ville », argue la Banque de France, puisque les prêts des acteurs publics sont indexés sur ce taux.

Le LEP porté à 6,1 %

Par ailleurs, les banques craignent qu’une hausse trop importante « du taux du livret A ne le rende très attractif et incite trop d’épargnants à se détourner des placements en assurance », avance Eric Dor, directeur des Études économiques à l’école de commerce IESEG. Parmi les rendements annoncés depuis le début de l’année par les gestionnaires des fonds euros en assurance-vie, aucun n’atteint pour l’instant la barre des 3 %.

Quant au taux du Livret d’épargne populaire (LEP), réservé aux ménages les plus modestes, il passera de 4,6 à 6,1 %. « Nous serons le seul pays en Europe qui proposera à ses compatriotes un livret d’épargne garanti à un taux supérieur à l’inflation », a déclaré le ministre sur France 2. Malgré un nombre de nouveaux LEP record en 2022, plus de deux millions, la majeure partie des ménages éligibles n’en a pas encore ouvert.