Lille : La troupe du Splendid et Gérard Jugnot à l’honneur du festival CineComedies

« Rire ensemble ». Le slogan du festival Cinecomedies, consacré à la comédie au cinéma, va résonner à Lille, du 28 septembre au 2 octobre. Les organisateurs ont dévoilé, ce mardi, le programme de la 5e édition. Au menu, une nouveauté avec l’implantation d’un village du festival au cœur de la ville, mais aussi, comme chaque année, des petites pépites à découvrir et redécouvrir et un hommage à la troupe du Splendid à qui on doit, notamment, la cultissime série des Bronzés.

Une roulotte dans le village

« Il est important qu’un festival vive en dehors des salles de cinéma », explique Yann Marchet, directeur de CineComedies. Cette année, l’événement aura davantage de visibilité grâce au chapiteau installé sur la place Rihour. Se succéderont animations, photos calls et rencontres avec les artistes du festival, notamment un certain Claude Lelouch qui viendra présenter sa comédie L’aventure, c’est l’aventure, qui fête, cette année, ses 50 ans. La comédie, pas Claude Lelouch.

Une roulotte diffusera des courts métrages sur le village du festival CineComedies, à Lille.
Une roulotte diffusera des courts métrages sur le village du festival CineComedies, à Lille. – La Bulle Enchantée

Ce sera aussi l’occasion de découvrir la « Bulle enchantée », une roulotte transformée en salle de cinéma, où seront projetés différents courts-métrages burlesques, allant des vieux dessins animés de Popeye aux anciennes actualités cinématographiques. « Les diffusions de petits films de 3 à 4 minutes se feront non-stop, en s’adaptant aux goûts des spectateurs », explique Frédéric Alexandre, cofondateur de la « Bulle Enchantée ». La roulotte peut accueillir 12 spectateurs à chaque séance.

Y’aura du culte

Comme chaque année, l’équipe du festival a déniché des petites perles. En premier lieu, une série de courts-métrages de la pionnière du cinéma français, Alice Guy, à la fin du XIXe siècle (jeudi 29, à 16h30 à Skema Business School). Ces pépites seront complétées par un documentaire Et la femme créa Hollywood (vendredi 30, à 14h30, au Métropole), qui évoquera le rôle prépondérant des femmes dans la naissance du cinéma.

La rétrospective sera consacrée, par sa part, à Blake Edwards, dont on célèbre le 100e anniversaire de la naissance. Au programme, The Party, un des chefs-d’œuvre les plus jouissifs de l’histoire de la comédie, mais aussi Victor, Victoria et Elle, avec Bo Derek, l’icône éphémère des « boomers ».

Nostalgie de la troupe du Splendid

Gérard Jugnot sera présent, mais il sera seul. « C’est très difficile de réunir toute l’équipe », avoue Yann Marchet. Néanmoins, la célèbre troupe du Splendid, qui a fait rigoler toute une génération au début des années 1980, sera à l’honneur. Une exposition au Palais Rihour (du 10 septembre au 9 octobre) permettra d’admirer certains accessoires de tournage (le dentier de Zézette, par exemple) et des archives peu diffusées de l’Institut national de l’audiovisuel (INA).

En point d’orgue du festival, les fans auront droit à une soirée spéciale (samedi 1er, à 20h30, l’UGC Lille) avec la diffusion du Père Noël est une ordure, en présence du réalisateur Jean-Marie Poiré. Et la traditionnelle séance en plein air à la gare Saint-Sauveur (jeudi 28, à 21 heures) permettra de revoir Les Babas cool, tourné avec une partie des comédiens du Splendid.