Ligue des champions : Bête noire, Choupo-Moting et Coupe du monde, plongée dans PSG-Bayern

Encore une fois, les supporteurs du PSG pourront se plaindre : après Chelsea, le Barça, Manchester United ou le Real Madrid, le Paris Saint-Germain va de nouveau affronter un gros morceau dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Le manque de chance, diront-ils. Le manque, surtout, d’une victoire face à Benfica lors de la phase de poule, qui leur aurait permis de terminer premier de groupe et de regarder le tirage au sort, ce lundi, beaucoup plus sereinement. La preuve : les Portugais, eux, affronteront Bruges.

Mais, si les supporteurs du PSG peuvent s’estimer lésés, que dire de ceux du Bayern Munich ? Après être sortis d’une poule avec le Barça et l’Inter avec six victoires en six matchs, ils se retrouvent à affronter le PSG de Neymar, Mbappé et Messi dès les huitièmes de finale de C1. Pendant ce temps, les Nerazzurri affronteront Porto. Alors, à un peu plus de trois mois de cet affrontement entre dépressifs, petit focus sur le club bavarois.

  • Que donne l’historique entre le PSG et le Bayern ?

Six victoires pour les Français, cinq pour les Allemands. Depuis 1994, les deux équipes se sont rencontrées à onze reprises en Ligue des champions, avec en guise de bouquet final, la lutte pour le titre en 2020, après un Final Four organisé à Lisbonne à cause de la pandémie. « Pour moi, c’est très motivant de jouer contre le Bayern Munich, c’est l’opportunité d’une revanche de la finale perdue, a commenté le directeur sportif parisien, Luis Campos, au micro de La Chaine L’Equipe. Je sais qu’on a rectifié l’année d’après [en quart de finale]. Pour moi, c’est l’opportunité de démontrer au monde le grand coach qu’on a, les grands joueurs qu’on a, et le football positif qu’on joue en ce moment. »

Dans les souvenirs des supporteurs parisiens les moins jeunes figure notamment le slalom de George Weah dans la défense bavaroise (0-1), en 1994 au stade olympique de Munich. « Oh il est passé, oh il est passé », chantaient en chœur Jean-Michel Larqué et Thierry Roland au micro. Crochet, crochet, praline dans la lucarne d’Oliver Kahn. Autre démonstration, celle de Neymar lors du match à l’Allianz Arena en 2021. Le Brésilien était dans ces jours, peu nombreux, où il est totalement injouable. Au retour aussi, d’ailleurs.

  • Que donne le Bayern cette année ?

Affronter le Bayern Munich, c’est compliqué. Mais, affronter le Bayern Munich privé de Robert Lewandowski, parti se dorer la pilule en Catalogne pour tenter de remporter un barrage de Ligue Europa, c’est un peu moins compliqué. Enfin, ça, c’est ce qu’on pensait en début de saison, d’autant que les Bavarois ont connu des matchs compliqués. Mais, depuis quelques semaines, tout glisse, comme ce tube parfait de Kelly Slater à Hawaï en 2017. TTC, le Bayern a quand même marqué cinq buts ou plus à huit reprises depuis fin juillet.

Le Polonais parti, le flambeau devait être repris par Sadio Mané, arrivé de Liverpool. Mais le Sénégalais étant plus partageur que le Polonais, les buts viennent de partout : ici par Musiala, là par Gnabry, dans le coin par Sané. Même Eric Maxim Choupo Moting (on y reviendra) y va de ses bastos en lucarne. « C’est un bon moment pour jouer contre le Bayern, a pourtant indiqué Luis Campos, très serein. On se sent vraiment bien, très confiant avec la saison qu’on est en train de faire. Dans un match comme ça, il n’y a pas de favori. »

  • Que donnera la Coupe du monde pour les deux clubs ?

Si vous passez au Camp des Loges pendant la Coupe du monde, vous risquez de retrouver deux pauvres âmes en peine errer sans but : Gianluigi Donnarumma et Marco Verratti, pas qualifiés pour le Mondial. Pratiquement tous leurs petits copains du PSG seront au Qatar. Le FC Bayern Campus devrait être encore plus déserté. Pour ceux partis au Moyen-Orient, entre la pression psychologique du résultat et la dépense physique, le retour sur terre pourrait être compliquée.

On imagine ainsi mal Neymar revenir au niveau auquel il est depuis le début de la saison après une défaite en finale face à la France (à tout hasard). Pour Messi, l’épreuve au Qatar est sa dernière opportunité pour ramener la Coupe du monde en Argentine. Et tout ce qui ne ressemble pas à une victoire finale devrait être dur à digérer. « Pendant la Coupe du monde, on n’a pas de contrôle sur nos joueurs, on ne sait pas ce qui va se passer », a sobrement reconnu Campos.

  • Que donnera Choupo Moting face à son ancien club ?

De l’attaquant camerounais, les supporteurs du PSG gardent cette image d’un joueur capable, maladroitement, d’empêcher le but d’un coéquipier en enlevant le ballon sur la ligne, en 2019, face à Strasbourg. « Même pour moi c’est difficile à expliquer », concédait alors Choupo Moting. Depuis, l’ancien n° 17 parisien est parti au Bayern et, cette année, déchire tout : au moins un but lors de ses sept derniers matchs ; l’Inter et le Barça qui prennent tarif… Préparez lui le Ballon d’or.

D’autant plus que, face à Paris, « Choupo » a pris l’habitude de se faire plaisir, avec un but à l’aller et au retour lors du quart de finale en 2021. En difficulté dans les airs, comme l’ont notamment montré les deux buts encaissés face au Maccabi Haïfa, le PSG pourrait encore souffrir face à son ex et sa présence physique imposante. Et vu que Donnarumma est quelque peu fébrile dans ses sorties…