Ligue A : Le Rennes Volley dépose le bilan, des amateurs pour le reprendre ?

Illustration d’un match de volley professionnel. — Mysty / SIPA

Voilà, c’est fini. Le Rennes Volley a déposé le bilan et disparaît du paysage du volley-ball français. Depuis quelques années, la discipline avait déjà vu Poitiers, Beauvais et Paris terminer au tapis. Rennes est la nouvelle victime. Miné par les dettes et achevé par l’interruption des compétitions en raison de l’épidémie de coronavirus, le club breton n’a pas reçu l’agrément de la Direction nationale d’aide et de contrôle de gestion (DNACG) pour évoluer en professionnel.

Le gendarme financier du volley français a notamment retoqué l’offre de rachat portée par l’international Kévin Le Roux. Celui qui a évolué sous les couleurs rennaises en 2018 avait présenté un dossier réunissant de nombreux mécènes qui offrait les 300.000 euros nécessaires au sauvetage du club. « Trop flou, trop tard aussi », selon l’Equipe.

Le REC veut tenter le coup

Dans ce dossier aux multiples rebondissements, un nouvel acteur s’est positionné. Le Rennes Etudiants Club (REC), section amateur qui prêtait son numéro d’affiliation au Rennes Volley pour évoluer en pro, souhaiterait monter une section professionnelle. Dans un communiqué relayé par L’Equipe, le REC annonce sa volonté de « saisir le Comité national olympique et sportif français (CNSOF) » avec l’ambition de parvenir à « la construction d’un budget qui devrait permettre de conserver le niveau professionnel, avec comme objectif la Ligue A pour la saison 2020-1921 ». Mais qui épongera les dettes ?

Leader de Ligue A cette saison, le Rennes Volley avait écopé d’une sanction de trois points de retrait, plus deux avec sursis, pour sa mauvaise gestion financière. Troisième du championnat, il était toujours engagé en Coupe d’Europe avant l’arrêt des compétitions.

Sport

Rennes Volley : Le projet de Kévin Le Roux pour sauver le club retoqué

Sport

Coupe de France : Il n’y aura plus de prolongations à la fin du temps réglementaire

0 partage