Ligue 1 : L’ex-milieu de l’ASSE Jérémy Clément se raconte dans « Pour le plaisir », de Paul Le Guen à Didier Barbelivien

S’il y a bien un footballeur professionnel qu’on n’imaginait absolument pas se lancer dans une autobiographie à la fin de sa carrière, c’est Jérémy Clément. « C’est sûr que ça ne colle pas vraiment avec mon personnage, sourit l’intéressé, ancien milieu de  l’OL, du PSG et de l’ASSE. Je suis plutôt introverti, mais je suis aussi capable de choses extravagantes, comme de poser dans le calendrier des Dieux du stade. » Et donc de publier le 17 mars Pour le plaisir aux éditions Amphora, une bio « ovni » « qui ne vise pas qu’un public de football ».

Actuellement coach de Bourgoin-Jallieu ​(Isère), 2e de son groupe de National 3, et producteur de son huile d’olive classée AOP via sa société Roméo et Juliette, Jérémy Clément (37 ans) a récolté de nombreux témoignages pour son ouvrage. Avant ASSE-OM ce samedi (21 heures), dans un Chaudron où l’ex-joueur pro a évolué de 2011 à 2017, 20 Minutes évoque avec lui cinq rencontres marquantes de sa vie, qu’il met en avant dans Pour le plaisir.

Didier Barbelivien, l’anniversaire surprise

Avant d’être un dirigeant maudit par les arbitres de Ligue 1, Sylvain Armand était un sacré organisateur de surprises au PSG. Ainsi, pour un repas d’anniversaire, son pote Jérémy Clément a vu débarquer dans un restaurant parisien Didier Barbelivien. « J’appréciais déjà ses chansons et à partir de là, j’ai créé des liens avec lui », raconte l’ancien milieu du PSG.

Car le natif de Béziers (Hérault) est le genre de joueur assez old school pour balancer un A toutes les filles dans une playlist d’avant-match dans le vestiaire. « J’ai toujours assumé, sourit-il. Et plus je me faisais tailler par mes coéquipiers amateurs de rap ou d’électro, et plus ça me donnait envie de mettre ce genre de sons. » Un « côté décalé » qu’il garde dans Pour le plaisir, puisque le chanteur de 68 ans lui consacre l’une de ses deux préfaces.

En 2007, Jérémy Clément a rejoint Paul Le Guen au PSG.
En 2007, Jérémy Clément a rejoint Paul Le Guen au PSG. – CAPMAN VINCENT/SIPA

Paul Le Guen, « la relation privilégiée » de Lyon à Paris

L’autre préface de l’ouvrage de Jérémy Clément est moins surprenante puisqu’il s’agit de celui qui a accompagné ses débuts professionnels, à Lyon (2004-2005) puis aux Glasgow Rangers (2006-2007) et au PSG (2007-2009), à savoir Paul Le Guen. « On avait une relation privilégiée sans beaucoup se parler, raconte le néo-coach en Isère. Il y a un lien incroyable entre nous, je n’oublie pas qu’il m’a lancé. Mes qualités lui correspondaient et il faut être conscient qu’à moins d’être Karim Benzema ou Hatem Ben Arfa, il faut de la chance pour être lancé en pros. Cela ne serait peut-être pas arrivé pour moi avec un autre entraîneur. »

Celui qui se qualifie de « sentimental » se souvient notamment d’un épisode en 2013, après sa très grave blessure à la jambe droite avec l’AS Saint-Etienne : « On ne s’était pas parlé depuis longtemps mais le lendemain de ma blessure, il m’a appelé pour me proposer de venir faire ma rééducation avec ma famille à Oman, où il était en poste ». Dans sa préface, Paul Le Guen glisse d’ailleurs une définition bien sentie de son ancien cadre : « C’est un gratteur de ballons et un joueur d’équipe ».

Jérémy Clément, en octobre 2005 lors d'un match de Ligue des champions entre l'OL et l'Olympiakos de Yaya Touré.
Jérémy Clément, en octobre 2005 lors d’un match de Ligue des champions entre l’OL et l’Olympiakos de Yaya Touré. – MARTIN BUREAU / AFP

Christophe Galtier, l’adaptation express partagée à Sainté

Fait assez insolite dans la carrière de Jérémy Clément, entre Paul Le Guen et Christophe Galtier, on tient les coachs de 11 de ses 17 années au niveau professionnel. « Après avoir été vu comme le fiston de Paul Le Guen, je suis aussi devenu celui de Christophe Galtier à l’ASSE », résume-t-il dans un large sourire. Comme l’a prouvé l’épisode épique de la venue avortée d’Anthony Mounier à Sainté en 2017, il n’est jamais évident de s’intégrer dans le Forez pour peu qu’on ait été formé chez le voisin lyonnais, ou qu’on y ait laissé une petite trace. Cela a été le cas de Jérémy Clément, triple champion de France de 2004 à 2006 avec son club formateur, mais aussi de Christophe Galtier, auteur d’un doublé en 2008 en tant qu’adjoint d’Alain Perrin.

« Quand on ne triche pas et qu’on fait à fond les choses, avec respect, changer de camp est possible, résume Jérémy Clément. Les supporteurs stéphanois se sont identifiés à nous, à notre force collective. On était des chiens. Et ce qui a aidé, c’est que j’avais fait des clubs entre Lyon et Sainté [les Rangers et le PSG]. Et puis je n’étais pas un joueur majeur à l’OL, donc j’avais moins l’image de Lyonnais que Sidney Govou par exemple. » C’est d’ailleurs à Saint-Etienne que le précieux milieu défensif va connaître le plus long bail de sa carrière pro, avec six saisons (de 2011 à 2017) au compteur. Ce qui n’est pas courant pour un gamin ayant débarqué dès l’âge de 13 ans à la Plaine des jeux de Gerland.

Formé à l'OL, Jérémy Clément change de camp à partir de 2011 en défendant le maillot vert de l'ASSE.
Formé à l’OL, Jérémy Clément change de camp à partir de 2011 en défendant le maillot vert de l’ASSE. – FAYOLLE PASCAL/SIPA

Valentin Eysseric, l’improbable complicité

Jérémy Clément n’a jamais voulu revoir une seule fois « les images chocs » de sa blessure du 2 mars 2013. Lors d’un ASSE-OGC Nice mettant aux prises deux équipes bataillant pour les places européennes, l’ex-milieu des Verts, alors âgé de 28 ans, a subi un tacle extrêmement dangereux du Niçois Valentin Eysseric. Le verdict est terrible : fracture ouverte du tibia péroné. « Le médecin qui m’opère m’annonce alors que je ne pourrai jamais refaire du foot », raconte la victime, alors que l’auteur de la vilaine faute a évidemment été expulsé sur le coup. Valentin Eysseric est venu dès le jour suivant prendre de ses nouvelles à l’hôpital.

 Valentin a vite été qualifié de boucher et d’assassin. Sa blessure mentale a peut-être été encore plus difficile à vivre que ma blessure physique. C’était important pour lui d’avoir mon pardon, même s’il n’arrivait pas vraiment à me croire sincère pendant longtemps là-dessus. OK, je ne suis pas revenu au niveau qui avait été le mien avant ma blessure, mais pour autant je lui ai tout de suite pardonné. J’aurais pu faire cet acte involontaire dans un tel match à enjeu. »
 

Valentin Eysseric livre un témoignage fort, comme pour « boucler la boucle », dans l’ouvrage de Jérémy Clément. « La culpabilité me tord les tripes », révèle-t-il notamment. La complicité improbable, entre deux joueurs qui auraient pu être amenés à se détester, change de dimension durant l’été 2015. Jérémy Clément, qui a eu besoin de cinq mois de soins et « d’introspection » avant de reprendre la compétition en 2013, est sollicité par son coach pour une étonnante raison. « Christophe Galtier m’a reçu pour m’apprendre que le club envisageait de faire venir Valentin. Mais si je ne le voulais pas, il s’engageait à ne pas le recruter. C’était très classe de sa part, et j’étais évidemment très content de le voir nous rejoindre. » Une histoire commune qui se prolonge donc jusqu’à Pour le plaisir.

Le 2 mars 2013, Jérémy Clément a subi une terrible fracture ouverte du tibia-péroné, après un tacle non maîtrisé du Niçois Valentin Eysseric.
Le 2 mars 2013, Jérémy Clément a subi une terrible fracture ouverte du tibia-péroné, après un tacle non maîtrisé du Niçois Valentin Eysseric. – THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Claude Dartois, le kif de « Koh-Lanta »

Dans le panorama très large des interlocuteurs de Pour le plaisir, difficile de passer à côté de Claude Dartois, candidat emblématique de l’émission Koh-Lanta. « Je me suis un peu fait un kif car je regarde souvent Koh-Lanta avec mon fils et que je cherchais quelqu’un de fun pour mon livre, explique Jérémy Clément. Quand on est sportif de haut niveau, on a la chance d’avoir un accès privilégié auprès d’un important réseau, donc j’en ai profité. »

Claude Dartois est selon lui « un tueur à gages sur les épreuves de l’émission », ce qui lui a donné l’idée d’inclure son témoignage dans un chapitre consacré aux performances physiques et mentales des athlètes. « Il y a un parallèle évident entre le sport de haut niveau et Koh-Lanta », estime Jérémy Clément. Ce n’est pas la prestation de Claude, cette semaine sur le   Marathon des Sables (250 km à parcourir en six étapes au Maroc) qui va le faire changer d’avis.

Pour le plaisir de Jérémy Clément (le sport de haut niveau au service de votre réussite et de votre épanouissement), publié le 17 mars 2022 aux éditions Amphora. 19,50 euros. Commande en ligne possible ici.