L’Etat va ouvrir à la concurrence les lignes Nantes-Lyon et Nantes-Bordeaux

Un train Intercités (anciennement Corail Intercités). — J.Ayissi/AFP

L’Etat va entamer le processus d’ouverture à la concurrence des lignes de train Intercités Nantes-Lyon et Nantes-Bordeaux, avec pour objectif de faire rouler un nouvel opérateur en 2022, a indiqué mercredi le ministère des Transports.

Le gouvernement doit publier dans les prochains jours un « avis de préinformation » officialisant cette démarche au Journal officiel de l’Union européenne, le lancement de l’appel d’offres proprement dit devant suivre au début 2020, a-t-il ajouté.

En ouvrant à la concurrence l’exploitation de ces deux premières lignes, le gouvernement commence à appliquer pour ses propres trains la réforme ferroviaire qu’il a fait voter l’an dernier.

Comment va s’organiser la concurrence dans les régions ?

Les TER seront les plus concernés par l’arrivée de la concurrence, rendue obligatoire par une directive européenne. Ils sont organisés par les régions, qui sont actuellement tenues de passer des conventions avec la SNCF pour faire circuler les trains. L’idée est qu’elles passent des appels d’offres pour choisir un opérateur chargé d’exploiter tout ou partie de leurs TER, pendant quelques années, dans le cadre de délégations de service public. La SNCF pourra gagner, ou pas.

A partir de décembre 2019, la mise en concurrence sera au choix des régions. A partir de décembre 2023, elle deviendra obligatoire. Compte tenu des procédures, les premiers « trains de la concurrence » ne devraient pas rouler avant 2021-2022.

Et les Intercités ?

Concernant les Intercités, l’Etat est encore responsable des lignes Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT), Paris-Clermont, Bordeaux-Toulouse-Marseille, Nantes-Lyon, Nantes-Bordeaux et Toulouse-Hendaye. Il lui reste aussi les trains de nuits Paris-Briançon et Paris-Rodez/La Tour-de-Carol/Cerbère.

Le calendrier de leur ouverture à la concurrence est le même que pour les TER. Une convention avec la SNCF court pour l’instant jusqu’en 2020.

Société

Réforme de la SNCF: Le projet de loi définitivement adopté par le Parlement

Nantes

Pays de la Loire: La région prête à ouvrir les lignes TER à la concurrence