Les travaux de l’Assemblée nationale suspendus après une interpellation raciste dans l’hémicycle

« Retourne en Afrique ! » L’interpellation émane des bancs RN, en pleine intervention du député LFI Carlos Martens Bilongo sur le « drame de l’immigration clandestine ». Après quelques minutes de confusion, la présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a mis fin à la séance « compte tenu de la gravité des faits » et de « l’émotion légitime » dans l’hémicycle. Des élus de gauche et de la majorité ont attribué l’interpellation au député RN Grégoire de Fournas. « Le racisme n’a pas sa place dans notre démocratie », a réagi la Première ministre Elisabeth Borne.

« Aujourd’hui l’extrême droite a montré son vrai visage », estime Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l’Assemblée. « Voilà le RN parti de guerre civile et de racisme », dénonce Jean-Luc Mélenchon, qui appelle à « la déchéance et l’exclusion de l’injurieur ». « Le bureau de l’Assemblée se réunira et naturellement devra prendre les sanctions qui s’imposent », a annoncé Elisabeth Borne à la sortie de l’hémicycle.