Les infos immanquables du jour: Violences conjugales, «La France en colère» et «Sérotonine»

Illustration d’une femme victime de violences conjugales. — Rafael Ben-Ari/Cham/NEWSCOM/SIPA

Que vous soyez à Niort ou à Fréjus, c’est l’heure des immanquables.

Une femme de 31 ans habitant Le Mans est devenue paraplégique après avoir été défenestrée par son compagnon, condamné à 15 ans de prison. Pourtant, la Commission d’indemnisation des victimes refuse de l’indemniser complètement, la considérant comme partiellement responsable de sa situation.

L’affaire, révélée par Le Maine Libre, remonte au 24 août 2013. Ce soir-là, la police intervient au Mans dans l’appartement du couple, l’homme ayant agressé un ami commun. Les policiers conseillent alors à la jeune femme, âgée à l’époque de 25 ans, de ne pas rester dormir chez elle. Elle envisage de se rendre dans sa famille à Alençon, mais il est trop tard pour prendre le train. Elle appelle le 115 et envoie des textos à des amis, en vain. Elle reste alors chez elle. La suite de cette dramatique histoire est à retrouver ici. 

La lettre est datée du 3 janvier 2019. Elle est signée du groupe Facebook de « gilets jaunes » La France en Colère et reprise par Franceinfo, elle s’adresse à Emmanuel Macron. Elle devrait être lue sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris lors de l’acte 8 du mouvement.

« La colère va se transformer en haine si vous continuez, de votre piédestal, vous et vos semblables, à considérer le petit peuple comme des gueux, des sans dents, des gens qui ne sont rien », préviennent les « gilets jaunes ». Une allusion aux mots employés par Emmanuel Macron lors de ses vœux aux Français, le 31 décembre. Le président de la République avait ciblé ceux qui « prennent pour prétexte de parler au nom du peuple » mais qui ne sont « que les porte-voix d’une foule haineuse ». Plus d’infos par ici. 

Sérotonine, le nouveau livre de Michel Houellebecq paru ce vendredi ne devrait pas déroger à la règle. Avec un tirage exceptionnel de 320.000 exemplaires, le septième roman de l’écrivain français dont l’histoire plonge dans la France rurale s’annonce déjà comme un best-seller. Depuis une dizaine de jours, la presse ne parle que de cette sortie en librairie, éclipsant les 492 autres livres à paraître en cette rentrée littéraire d’hiver.

Il y a quatre ans, la parution de Soumission avait provoqué un véritable raz-de-marée. Publié le jour de l’attaque de Charlie Hebdo, le roman d’anticipation imaginait l’effondrement du monde politique français et prophétisait l’arrivée d’un parti islamiste au pouvoir. Avec Sérotonine (un neurotransmetteur appelé « hormone du bonheur »), Michel Houellebecq est en phase avec le présent. En plein mouvement des gilets jaunes, son nouvel ouvrage arrive à point. Si Flammarion a mis le paquet sur la mise en place, le lauréat du Goncourt 2010 n’a pas lésiné sur son savoir-faire : une bonne dose de lose et une pincée de désenchantement emballé dans une prose lubrique et crue. Et, en accompagnement, de la lucidité, pour ajouter un peu d’amertume. On revient sur la recette du succès signée Michel Houellebecq.