Les «gilets jaunes» manifestent à Nancy malgré une interdiction, quatre interpellations

Plus de 320 «gilets jaunes» ont bravé l’interdiction de manifester à Nancy samedi. Photo prise lors d’un rassemblement du 19 janvier 2019. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Les « gilets jaunes » de Lorraine avaient choisi pour ce 22e samedi de mobilisation la ville de Nancy comme point de ralliement mais en raison de la tenue d’une grande fête foraine, la préfecture avait interdit toute manifestation dans le centre-ville.

Malgré cette interdiction, des « gilets jaunes » ont réussi à accéder au centre-ville, certains en traversant des voies ferrées, et « le trafic SNCF de la gare de Nancy a été interrompu de 15h50 à 16h10 car des manifestants circulaient sur les voies », a indiqué la préfecture.

Aucun manifestant n’a été blessé

Au cours de la manifestation, qui a réuni 320 protestataires, selon la préfecture, quatre personnes ont été interpellées, pour « participation à une manifestation interdite avec une arme, outrage, rébellion et menace de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique » et 42 ont écopé d’une amende de 135 euros pour participation à une manifestation interdite.

La préfecture précise qu’aucun manifestant n’a été blessé au cours de cette journée et qu’aucune dégradation n’a eu lieu. D’autres « gilets jaunes » lorrains s’étaient rassemblés samedi à Commercy (Meuse), où un arrêté municipal interdisait également de manifester dans certaines rues du centre.

« Une cinquantaine de manifestants se sont confrontés aux CRS à proximité des rues faisant l’objet d’une interdiction de manifester », a indiqué la préfecture de la Meuse dans un communiqué, précisant que plusieurs armes par destination avaient été saisies, « barre de fer, boules de pétanque, une matraque notamment ».

L’acte 22 du mouvement a réuni au total 31.000 personnes

Ailleurs dans le quart nord-est de la France, les manifestations ont également été émaillées d’incidents. A Strasbourg, des gaz lacrymogènes ont été utilisés pour faire reculer les « gilets jaunes » qui cherchaient à accéder à la place de la gare et cinq personnes ont été interpellées.

A Besançon, 600 manifestants ont battu le pavé et les forces de l’ordre ont répliqué à des jets de projectiles avec des gaz lacrymogènes et des tirs de LBD.
Quatre personnes ont été interpellées en fin de manifestation, dont un mineur, pour des jets de projectiles et des poubelles incendiées, a annoncé la préfecture.

Les rassemblements marquant l’acte 22 du mouvement ont réuni au total 31.000 personnes en France, dont 5.000 à Paris, selon un décompte du ministère de l’Intérieur, à quelques jours des annonces du président Emmanuel Macron pour sortir de cette crise.

Société

«Giles jaunes» à Toulouse: Incidents et black blocs dans la «capitale des “gilets jaunes”»

Société

Des «gilets jaunes» sont-ils intoxiqués au cyanure par les gaz lacrymogènes de la police?

Société

Après l’adoption de la loi anticasseurs, que risque-t-on à manifester?

0 partage