L’épargne réglementée des Français va servir à financer la relance

Le livret A doit être appréhendé comme une épargne de précaution et non comme un investissement. — iStock / City Presse

Pour soutenir le « développement durable » et la relance de l’économie, l’épargne placée sur les placements réglementés, en premier lieu le Livret A, pourra servir à d’autres fins que ses destinations actuelles – essentiellement HLM et collectivités locales, a annoncé le gouvernement, ce jeudi.

Sur les 85,6 milliards d’euros d’épargne accumulée entre janvier et juillet par les ménages français, plus de 30 milliards ont été placés sur les livrets d’épargne réglementée, soulignent dans un communiqué conjoint le ministère de l’Economie et des Finances et la Caisse des dépôts (CDC), bras financier de l’Etat.

Transition écologique, santé et tourisme prioritaires

Ces placements, gérés par la CDC, comprennent le Livret A, le livret de développement durable et solidaire (LDDS) et le livret d’épargne populaire (LEP). Ils servent historiquement à financer les bailleurs sociaux et les collectivités. L’institution, via l’épargne réglementée, peut ainsi proposer des durées d’emprunt très longues allant de 60 ans pour les prêts aux collectivités locales à 80 ans pour les prêts au logement social.

Compte tenu des besoins de financement nécessaires à la relance économique, « le gouvernement a donné son accord à la Caisse des Dépôts pour faire évoluer les conditions des prêts accordés à partir des livrets d’épargne réglementée », est-il précisé. Ces prêts pourront financer des projets prioritaires dans le cadre de la transition écologique et énergétique (TEE), la santé ou encore le tourisme. Ils « soutiendront également les projets des élus en matière de transports propres, de production d’énergies renouvelables ou encore de rénovation énergétique des bâtiments publics comme les écoles ».

Une tarification « plus attractive »

Désormais, les prêts accordés par la Caisse des dépôts seront ouverts à de nouvelles entités comme « les agences de l’eau, de grandes fondations et associations reconnues d’utilité publique qui portent des projets liés à la transition écologique et énergétique ou les ports maritimes ». Autre évolution, la part du besoin de financement pourra représenter l’intégralité du prêt pour les projets liés à la TEE. Leur tarification sera aussi « plus attractive », est-il mentionné.

La Banque des territoires, structure de la CDC, disposera dès le 20 septembre d’une enveloppe d’environ 12 milliards d’euros de prêts à destination des collectivités locales pour financer d’ici à 2022 leurs projets. « Ces évolutions (…) seront mises au service de tous les territoires puisque les conditions proposées ne varient pas selon l’emprunteur, le territoire concerné, la durée du prêt ou les montants demandés », rappellent le ministère et la CDC.

Économie

A court, moyen ou long terme, quelle stratégie d’épargne et d’investissement adopter ?

Économie

Investissements : La Caisse des dépôts va allouer aux territoires 26 milliards d’euros

0 partage