L’enquête emblématique, l’image la plus manipulée, la fake news increvable… Voici les Fake off d’or de « 20 Minutes »

2022 s’en va et l’heure est aux rétrospectives. On ne va pas vous mentir, c’était une année riche en émotions, mais aussi et surtout en actualités. Elle a débuté un jeudi matin de février par le début de l’invasion russe en Ukraine. Des centaines et des centaines d’images de civils meurtris, de corps démembrés, mais aussi d’appels à la solidarité.

En France, on a aussi eu notre lot de rebondissements notamment entre la campagne présidentielle du printemps, les feux de forêt de l’été et la crise énergétique de l’hiver. Parmi ces saisons d’événements, aucun n’a pu échapper aux bourrasques envoyées par les réseaux sociaux, autrement appelées fake news. Contre vents et marées, notre service Fake off a tenté de trouver au mieux l’information la plus juste. Avec modestie, nous avons donc décidé de récompenser nos enquêtes les plus marquantes lors de la première (et sûrement dernière) cérémonie des Fake off d’or.

De notre correspondante sur la Twittosphère,

Ladies and gentlemen (on le dit en anglais parce que ça a plus de panache),

Bienvenue à la cérémonie des Fake off d’or. Quel meilleur endroit que la Twittosphère pour se retrouver en cette fin d’année. S’il y en a bien une qui nous a fait vibrer cette année, c’est elle. Des fausses images, des vidéos sorties de leur contexte, des sons délibérément mal traduits… Quelle année ! On a même failli terminer l’année avec l’explosion post-Musk de Twitter, mais non le réseau social reste pour le moment intact. Ouf. Ça aurait pu nous coûter notre emploi…

Sans plus attendre, nous allons récompenser nos debunkages les plus marquants de l’année. Ils ont été surprenants, marrants, vigilants, vexants parfois. Certains ont été émouvants et même très prenants pour nos journalistes. Trêve de suspense, voici nos nominés selon dix catégories définies par l’Académie des Fake off (c’est juste nous, mais on nous a dit qu’on avait le droit être un peu pompeux).

  • L’enquête la plus emblématique

Fin février, la ville ukrainienne de Boutcha (près de Kiev) a été le théâtre d’affrontements sordides. Quelques semaines plus tard, des soldats ukrainiens reprennent la ville et découvrent des dizaines de cadavres, qui seraient des civils. Des vidéos du massacre commencent à circuler, notamment sur la plateforme Telegram.

Ce même début avril, un média ukrainien publie une vidéo des cadavres. Les corps en question bougeraient, accusent de nombreux internautes qui laissent imaginer que ces civils ne sont que des acteurs. Lors de notre enquête, nous avons scruté à la loupe les vingt secondes de vidéo. Résultat : l’action des corps était essentiellement due au mouvement d’une goutte d’eau et à la vision déformée par le pare-brise de la voiture en mouvement.

  • L’enquête qui soulève le plus de peur

Parfois, les fake news font écho à certaines peurs légitimes. La vaccination en fait partie. Souvent accusé d’être à l’origine d’effets secondaires, le vaccin a été soupçonné au mois de juillet de changer le rhésus de notre groupe sanguin. Selon des internautes, cette modification changerait à la deuxième dose de vaccin contre le Covid-19. Une information très vite démentie par l’Etablissement français du sang, auprès de 20 Minutes.

  • L’enquête la plus étonnante

Catégorie peu facile à départager tant les informations que nous traitons sont toujours pleines d’imagination. Mais comme il fallait bien faire des jaloux, nous avons choisi de récompenser l’enquête sur la pénurie de traitement contre le diabète.

Au mois d’octobre, de nombreux internautes ont alerté sur les difficultés rencontrées lors de l’achat de leur traitement contre le diabète. L’Ozempic, médicament nécessaire pour les diabétiques se trouvait être en rupture de stock à cause de la promotion par certains influenceurs d’un produit bénéfique pour la perte de poids. Le produit a même été mis en avant par Elon Musk.

A la rédaction, on a d’abord cru à une farce. Mais non, le laboratoire producteur a assuré auprès de 20 Minutes que l’Ozempic avait bien connu une augmentation de sa demande de 40 %.

  • L’évènement qui a failli nous mettre KO

C’est arrivé au mois de novembre, au retour des longues journées d’automne : la Coupe du monde de football au Qatar. Nous l’avions vu venir. Nous avions par exemple déjà dû, fin septembre, vérifier les propos d’un consultant trop présent médiatiquement qui prétendait qu’il y avait eu autant de morts sur les chantiers de La Défense qu’au Qatar.

Pourtant, l’arrivée de la Coupe du monde de football nous aura quand même surpris par le nombre de fake news qu’elle emporte avec elle. On aura vu de tout : l’affirmation selon laquelle les supporteurs ne pouvaient pas rester au Qatar après leur élimination, ou bien l’idée selon laquelle les supporteurs étaient sous surveillance accrue. D’autres encore prétendaient que les stades au Qatar allaient s’effondrer.

  • L’évènement dont les images ont été les plus manipulées

Début octobre, lors des contestations en Iran après la mort de Mahsa Amini, de nombreuses images ont circulé pour montrer le courage des femmes et la colère du peuple iranien. Toutefois, quelques vidéos relayées massivement ont parfois été détournées. C’est notamment le cas de cette vidéo émouvante d’un père qui danse sur la tombe de sa fille. Selon la vidéo, la femme serait décédée pendant les contestations et ce juste avant son mariage. Sauf que la vidéo provenait d’une série diffusée il y a quelques années en Azerbaïdjan.

La guerre de l’image a été d’autant plus marquante lors de la diffusion des images de Hadis Najafi, une jeune manifestante tuée pendant les contestations. Devenue le symbole de la révolte, la jeune femme s’est vue attribuée des images qui ne la représentaient finalement pas.

  • Le terme inventé de l’année

En septembre, après la campagne présidentielle, Eric Zemmour a sorti un nouveau terme de son chapeau : celui de « francocide ». Bien qu’il explique contester le terme « féminicide », il s’en inspire et tente une récupération pour transformer « en fait politique » des faits divers que subiraient les Français. Or, d’après les trois expertes que nous avions interrogées pour notre article, le mot n’a aucune valeur historique, juridique ou politique.

  • Le Fake off qui fait boum

Difficile également d’aborder 2022 sans parler du dérèglement climatique. Il y a notamment eu les incendies en Gironde l’été qui ont motivé certains internautes à conspirer autour des projets écologiques qui seraient la source du problème. Mais pas seulement.

Au mois de mai, nous nous sommes notamment intéressés aux bombes carbone. Mais qu’est que c’est ? Elles désignent les plus gros projets d’extraction d’énergies fossiles, dont les émissions potentielles dépasseraient 1 gigatonne de CO2 sur leur durée d’exploitation. Selon une enquête de l’ONG Reclaim Finance, 24 projets impliquent TotalEnergies. Quatre d’entre eux sont incompatibles avec les recommandations de l’Agence internationale de l’énergie.

  • Le Fake off le plus woke

Etant souvent accusé de « wokisme », autant lui inventer un prix. Alors quelle meilleure enquête que celle sur la trahison d’Amazon de l’œuvre de Tolkien, Les Anneaux du pouvoir ? Dès la diffusion des premiers épisodes, la présence d’acteurs noirs au casting a exacerbé les fans de Tolkien. Or, dans l’univers de l’écrivain, il existait déjà « une très grande diversité de couleurs de peaux, de cheveux et d’yeux », nous expliquait alors Vincent Ferré, professeur de Littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3).

  • Le raccourci le plus raffiné

Comment parler de l’année 2022 sans mentionner la grève des raffineurs à l’approche des vacances de la Toussaint ? Sur les réseaux sociaux, les internautes se sont interrogés sur la légitimité des salariés de chez TotalEnergies de faire grève alors qu’ils seraient déjà grassement payés. Se servant d’un communiqué de presse publié par l’entreprise, ils ont pointé du doigt les cadeaux faits au salarié, à la suite des négociations. Sauf que de nombreux cafouillages ont été remarqués, notamment dans la différence entre salaire médian et moyen.

  • La fake news increvable

Pour cette catégorie, difficile de les départager. Les fake news sont aussi coriaces que les variants du Covid-19. Heureusement, l’Académie nous souffle dans l’oreillette que nous avons le droit aux ex aequo. Quel soulagement !

Comment passer à côté de cette intox rébarbative qui estime le patrimoine de Jean-Luc Mélenchon à plus de deux millions d’euros. Or, nous avons scruté la déclaration de patrimoine publique de l’ex-candidat en vue de l’élection présidentielle et rien ne mentionne une telle somme.

  •  Le fake off d’honneur, pour l’ensemble de sa carrière

Bien évidemment, il ne fallait pas oublier les chiffres du Covid-19 qui depuis trois ans sont sans cesse remis en cause. Dernièrement, des internautes ont laissé entendre que les chiffres des hospitalisations et des décès liés au Covid-19 étaient complètement faux. La Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) aurait, selon eux, estimé qu’il n’existait aucun chiffre. L’avis a bien été publié, mais il a quelque peu été détourné.

Merci d’avoir suivi cette merveilleuse cérémonie et on vous dit à l’année prochaine !