Législatives 2022 : LR ne sera pas la « roue de secours » de la majorité, annonce Christian Jacob

Les Républicains feront d’ici l’automne « une série de propositions » sur divers sujets allant de l’éducation à l’immigration, a affirmé ce lundi Christian Jacob, le président de LR. Ce dernier compte garder son parti à l’initiative dans un rôle d’« opposition responsable ». « Nous sommes dans l’opposition au gouvernement à Emmanuel Macron et nous restons sur cette ligne », a-t-il encore assuré ce lundi. Et ce mardi le président des Républicains a rejeté, juste avant sa rencontre avec Emmanuel Macron, toute idée de pacte de gouvernement, assurant que LR ne serait pas la « roue de secours » de la majorité.

« Nous sommes dans l’opposition et nous y restons. On n’a pas vocation de béquille ou de roue de secours. La réponse ne sera pas dans les combines et les magouilles », a affirmé sur France Inter Christian Jacob, qui était le premier chef de parti reçu par le chef de l’Etat à 10 heures.

Christian Jacob a également eu, ce matin, des mots très durs envers Emmanuel Macron, « président dans la tactique, qui a instrumentalisé les extrêmes (…) sur le thème « c’est moi ou le chaos » », qui « a été dans une arrogance et une suffisance permanentes », et n’a eu « qu’une idée, de nous détruire ». « Et maintenant il appelle au secours ? Il fallait qu’il y pense avant, peut-être », a-t-il ajouté.

Pas de coalition

Dans ce cadre, il n’est « pas question de pacte, de coalition ou d’accord de quelque nature », a ajouté Christian Jacob, alors que LR pourrait théoriquement représenter l’appoint nécessaire à Emmanuel Macron pour faire voter ses réformes. En revanche, LR sera « force de proposition sur chacun des textes proposés », a-t-il ajouté. « Nous présenterons soit avant la fin de l’été soit à l’automne une série de propositions sur les différents sujets qui préoccupent les Français », a-t-il assuré.

Des oppositions dans l’opposition

Une ligne d’opposition « quasi unanime », a-t-il ajouté, alors que le maire de Meaux Jean-François Copé a fait des vagues en parlant de pacte de gouvernement dimanche soir. Quant à l’idée de nouveaux départs pour la macronie, Christian Jacob a estimé qu’« en matière de débauchage, ce qui devait être fait a été fait, je n’ai pas beaucoup d’inquiétude ».

Interrogé sur un éventuel vote de confiance au gouvernement, il a lundi assuré qu’« aucun député LR ne votera la confiance. Mais je pense qu’elle ne sera pas demandée ».