Législatives 2022 : Les enjeux du second tour dans la métropole niçoise, historiquement bastion Les Républicains

Dans le département des Alpes-Maritimes, cinq des neuf circonscriptions font partie de la métropole niçoise. Dans seulement deux de ces cinq territoires, le parti Les Républicains, implanté historiquement, sera présent, face à des candidats de la majorité présidentielle qui est, quant à elle, dans chaque duel pour ces élections législatives. Décryptage des enjeux par circonscription.

Balle de match au centre de Nice, dans la 1re circonscription

Dans la première circonscription, qui englobe Nice, Eric Ciotti est arrivé en première position dimanche avec 31,7 % des voix mais a perdu 4 points par rapport à 2017. Il se place devant Graig Monetti (25,92 %), issu de la majorité présidentielle et soutenu par Christian Estrosi. Le député sortant arrivera-t-il à valider un quatrième mandat ? Face à lui, Graig Monetti espère séduire l’électorat de la Nupes, arrivée à la troisième place avec 20,42 % des voix. Eric Ciotti, quant à lui, peut compter sur les soutiens de Philippe Vardon, candidat éliminé de Reconquête !, et ex-RN, de la 3e circonscription, ainsi que celui d’Eric Zemmour, qui n’avait pas présenté de candidat dans ce territoire.

Le Rassemblement national gagne du terrain dans la 2e

Le député sortant Loïc Dombreval d’Ensemble ! a obtenu 23,67 % des voix, juste derrière Lionel Tivoli du Rassemblement national (23,9 %) dans la 2e circonscription. Seuls 92 votes les ont séparés pour ce premier tour. Un espoir de victoire pour le parti de Marine Le Pen ? En 2017, le candidat de la majorité présidentielle obtenait 35,34 % des votes au premier tour en devançant Jérôme Cochet du Front national, ancien nom du RN. Au second tour, ce dernier avait tout de même obtenu 40 % des voix, 20 points de plus qu’en 2017 pour un candidat du même parti.

Le seul candidat Nupes du département encore en lice dans la 3e

Enzo Giusti a créé la surprise en étant le seul candidat de la Nupes qualifié au second tour dans le département. Dans la 3e circonscription, il a obtenu 21,95 % des voix, derrière Philippe Pradal (26,04 %), candidat de la majorité présidentielle. Autre surprise (ou pas), Philippe Vardon est arrivé en 5e position pour Reconquête ! alors qu’il était au second tour il y a cinq ans face à Cédric Roussel, le député sortant qui n’a pas eu le soutien de son parti (LREM) et qui a retiré sa candidature.

Ex-LR versus LR dans la 5e

La députée sortante Marine Brenier, récemment passée des LR à Horizons, est arrivée en tête (26,14 % des voix) dans la 5e circonscription face à la candidate LR Christelle D’Intorni (22,48 %). La troisième place était serrée entre Frank Khalifa du RN (19 %) et Philippe Benassaya de la Nupes (17,73 %). Ces deux candidats ne donnent aucune consigne de vote à leurs électeurs pour le second tour.

La 6e en moins pour le parti LR

La députée sortante LR de la sixième circonscription Laurence Trastour-Isnart a été éliminée (20,18 % des voix). Le duel sera alors entre le candidat d’Ensemble !, Jean-Bernard Mion (22,99 % des votes) et Bryan Masson du RN, en tête avec 25,32 % des suffrages. Son parti a gagné près de cinq points par rapport aux élections législatives de 2017.