Législatives 2022 : Jean-Luc Mélenchon a un « patrimoine de 2.465.000 euros » ? Gare à l’intox

C’est une intox qui revient dès que Jean-Luc Mélenchon candidate à une élection. Elle vise le patrimoine du candidat LFI à la présidentielle. Circulant sous forme de message, elle indique que le chef de file des Insoumis a un « patrimoine de 2.465.000 euros » et qu’il « perçoit chaque mois comme député européen 19.105 euros » et 17.000 euros en tant que sénateur de l’Essonne. Un « total de 36.105 euros par mois d’argent public » conclut le message, en plus du « remboursement des frais d’avion, de taxi, de téléphone, de poste, de SNCF, etc. ».

Jean-Luc Mélenchon n'est plus sénateur depuis 2010.
Jean-Luc Mélenchon n’est plus sénateur depuis 2010. – Capture d’écran Facebook

FAKE OFF

Comme les autres candidats à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a rempli en mars une déclaration de situation patrimoniale. Le député des Bouches-du-Rhône ne possède pas un patrimoine de près de 2,5 millions d’euros, comme prétendu dans le message viral. Il possède un appartement à Paris d’une valeur d’1,2 million d’euros, auquel il faut retrancher 99.145 euros de prêt bancaire, et une maison dans le Loiret évaluée à 170.000 euros. Cela fait un patrimoine d’une valeur d’1.270.855 euros, soit environ 1,2 million d’euros de moins que les 2,5 millions annoncés sur le message viral.

Jean-Luc Mélenchon possédait également 95.236 euros sur divers comptes et livrets bancaires au moment de remplir cette déclaration. Il n’a pas déclaré détenir d’autres biens dont la valeur est supérieure à 10.000 euros ou encore d’autres objets financiers.

Lors de la précédente élection présidentielle, en 2017, Jean-Luc Mélenchon ne possédait pas, là encore, un patrimoine de près de 2,5 millions d’euros. La valeur combinée de son appartement et de sa maison était évaluée à 875.277 euros, une fois ses emprunts retranchés.

Quid d’éventuels revenus de député européen et de sénateur ? L’intox affirme qu’il touche « chaque mois » une somme de 19.105 euros en tant que député européen et 17.000 euros en tant que sénateur de l’Essonne. Jean-Luc Mélenchon a été député européen de 2009 à 2017. Quand il est devenu député des Bouches-du-Rhône en 2017, il a quitté ce mandat européen. Il avait alors déclaré avoir touché 100.182 euros brut par an entre 2011 et 2016 et 50.091 euros en 2017. Cela représente 8.348 euros par mois.

Quant au siège de sénateur de l’Essonne, Jean-Luc Mélenchon ne l’occupe plus depuis 2010. Il a siégé à la chambre haute entre 1986 et 2000, puis entre 2004 et 2010. En 2013, il avait écrit sur son site ne « toucher aucune retraite sur ses activités passées, quoi qu'[il] en ait l’âge, car [il] estime avoir un revenu suffisant et qu'[il est] solidaire. »

S’il avait décidé de faire valoir ses droits à la retraite, Jean-Luc Mélenchon aurait pu toucher une pension du Sénat. Celle-ci est versée à partir de 62 ans pour les sénateurs nés après le 1er janvier 1955 et s’élevait en moyenne au 1er mars 2018 à 3.856 euros nets. Les anciens eurodéputés sont également éligibles à une pension à partir de 63 ans et son montant « s’élève, pour chaque année complète de mandat, à 3,5 % de la rémunération », explique le site du Parlement européen. 

L’intox resurgit alors que les Insoumis négocient avec le PS, EELV et le PC en vue de former des alliances pour les élections législatives qui se dérouleront les 12 et 19 juin.

Elle avait déjà circulé en 2017 sous une forme légèrement différente. Jean-Luc Mélenchon y avait répondu sur son blog, dévoilant le montant de son patrimoine immobilier et expliquant ne pas avoir d’actions « ni aucune autre forme de placements, ce qui n’est pas malin ». « Je ne possède aucun véhicule de luxe, ni même ordinaire, ajoutait-il alors. […] Je ne conduis pas ».

Pas « non plus de tableaux de collection, de bateau, ni de bicyclette, ni de chevaux » pour l’élu, mais une bibliothèque « d’environ 12.000 livres ». « Mais je ne sais pas les évaluer, confiait-il avec ironie. Au poids ? Au prix du contenu ? Un conseil serait le bienvenu. Je crains qu’ils n’aient pas de prix. Ce qui me rendrait ou très riche ou tragiquement hors de l’économie de marché. »