Le tueur en série Michel Fourniret hospitalisé en urgence et placé dans le coma

Michel Fourniret lors de son procès devant la cour d’assises des Ardennes en 2008. — ALAIN JULIEN / AFP

Cela faisait déjà plusieurs mois qu’il ne parlait plus du tout. Et tout le monde avait compris que son état ne s’améliorerait plus… Le tueur en série Michel Fourniret a été hospitalisé en urgence, samedi 8 mai, à l’hôpital de La Pitié Salpêtrière (Paris 13e), a appris 20 Minutes ce lundi, confirmant une information du Parisien. Aujourd’hui âgé de 79 ans, « l’Ogre des Ardennes » a été placé dans le coma en raison de problèmes cardiaques, respiratoires et neurologiques. Selon Le Parisien, son pronostic vital est engagé et n’est pas réversible. En conséquence, un protocole de fin de vie aurait été engagé.

Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible pour huit meurtres, Michel Fourniret était déjà hospitalisé depuis novembre 2020, après un malaise survenu dans sa cellule de la prison de Fresnes (Val-de-Marne). C’est la raison pour laquelle il n’a pas participé aux dernières fouilles dans les Ardennes, destinées à retrouver le corps de la petite Estelle Mouzin qu’il a reconnu avoir enlevée en janvier 2003, à Guermantes (Seine-et-Marne). L’annonce de la dégradation de son état de santé intervient d’ailleurs alors qu’une cinquième campagne de recherches du cadavre de la fillette s’est soldée par un échec, fin avril.

« Il n’est pas touché par un mal dont on se remet… »

Ces dernières années, le tueur en série avait été mis en examen pour le meurtre de plusieurs jeunes filles sous l’impulsion de la doyenne des juges d’instruction parisienne, Sabine Khéris. Michel Fourniret devait être ainsi jugé prochainement pour la disparition de Joanna Parrish, de Marie-Angèle Domèce, de Lydie Logé et bien sûr d’Estelle Mouzin. En parallèle, des comparaisons ADN sont toujours en cours afin de vérifier s’il n’a pas fait plus de victimes qu’on ne le pense. « Mais en vérité, on a tous compris qu’il n’était plus en état de comparaître, confiait il y a peu, un de ses proches à 20 Minutes. Il n’est pas touché par un mal dont on se remet… »

Fin 2018, alors qu’il était jugé à Versailles (Yvelines) pour le meurtre de Farida Hammiche, le tueur en série avait d’ailleurs montré des signes de faiblesse. A l’approche du verdict, il était apparu désorienté dans le box des accusés, demandant à son avocat à quel moment il pourrait « rentrer chez [lui] » alors que la cour d’assises s’apprêter à le condamner à une nouvelle peine à perpétuité… Quelques mois plus tôt, un expert avait diagnostiqué un « trouble neurologique » qui n’a, depuis, cessé de s’aggraver. Et qui peu à peu s’est accompagné de problèmes cardiaques et respiratoires. « Visiblement, la période de mars 2020 où il a été confiné dans sa cellule en raison du coronavirus ne l’a pas aidé… », indique une source proche du dossier.

Sa dernière sortie remonte donc au mois d’octobre 2020 où il a tenté de participer à une reconstitution de l’enlèvement d’Estelle Mouzin dans les rues de Guermantes. Mais, alors que son ex-femme Monique Olivier était apparue plutôt alerte, lui avait montré de vrais signes de vieillesse. Les cheveux hirsutes, la barbe broussailleuse, le pantalon sale, il « ressemblait presque à un clochard souffrant de rétention d’eau et d’incontinence », selon un expert ayant participé aux opérations judiciaires. « Il était complètement aux fraises », confirme un autre.

Le père d’Estelle Mouzin assigne l’Etat

L’état de santé de Michel Fourniret ne remet toutefois pas en cause le procès qui pourrait avoir lieu pour éclaircir les circonstances de la mort d’Estelle Mouzin, près de vingt ans après les faits. « Ce procès se tiendra sans lui et avec Monique Olivier, seule, dans le box des accusés, imaginait il y a déjà plusieurs semaines Corinne Herrmann, avocate d’Eric Mouzin, le père de la fillette. On connaît les faits. On dispose des déclarations qu’il a livrées à la juge. C’est suffisant… »

Surtout, cela devrait apporter un peu d’eau au moulin d’Eric Mouzin, qui a décidé d’assigner l’État français en responsabilité civile en raison des dysfonctionnements de la justice dans l’enquête sur la disparition de sa fille. Selon nos informations, une autre procédure est également en cours devant la Cour européenne des droits de l’homme. Et chaque dossier ne manque pas de rappeler que Michel Fourniret a été l’un des premiers suspects interrogé dans cette affaire. Avant d’être mis hors de cause pendant une quinzaine d’années. Une période durant laquelle il aurait pu alors pleinement répondre de ses actes.

3 partages