Le nouvel accord de libre-échange nord-américain signé à Mexico

Le président mexicaine Andres Manuel Lopez Obrador (gauche) et le conseiller de la Maison Blanche Jared Kushner après la cérémonie de signature du traité de libre échange USMCA, le 10 décembre 2019 à Mexico. — Marco Ugarte/AP/SIPA

Journée contrastée pour Donald Trump. Alors que les démocrates dévoilaient deux articles d’impeachment contre le président américain, ils ont apporté leur soutien à l’accord de libre-échange d’Amérique du Nord, offrant une victoire majeure à la Maison Blanche. Le traité USMCA (United States, Mexico, Canada, ou AEUMC en VF) a été signé dans la foulée à Mexico, mais il devra encore être ratifié début 2020 par le Congrès américain.

Les représentants des gouvernements des Etats-Unis, du Canada et du Mexique ont apposé leurs signatures au bas du document dont les amendements ont été discutés pendant un an, en présence du gendre et conseiller du président Donald Trump, Jared Kushner. « Il s’agit d’attirer plus d’investissements pour l’Amérique du Nord. Et s’il y a investissement, il y a croissance, s’il y a croissance, il y a bien-être », a déclaré le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO) en concluant la cérémonie de signature.

Améliorer les conditions de travail

« C’est aussi un accord pour améliorer les conditions de travail, un accord qui profite aux travailleurs au Canada, aux États-Unis et au Mexique », a-t-il ajouté en insistant sur « la coopération pour le développement qui permettra l’unité du continent américain, l’unité de notre continent ».

A Washington, Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat, a réagi promptement en faisant savoir que l’accord ne sera pas porté devant le Sénat « entre aujourd’hui et la fin de la semaine prochaine », soit le début des vacances parlementaires qui dureront jusqu’en janvier. Ce vote final au Congrès devrait « très probablement » attendre la fin du procès en destitution de Donald Trump, qui pourrait être organisé au Sénat en janvier, a-t-il ajouté.

La version finale de l’accord modernise le traité de l’Alena, signé par l’ex-président américain Bill Clinton il y a 25 ans, qui a lié entre elles les trois économies d’Amérique du Nord. L’Alena avait créé une vaste zone de commerce regroupant quelque 500 millions d’habitants, dans le but affiché de contribuer à la croissance économique et à la hausse du niveau de vie de la population des trois pays membres. Le nouvel accord avait déjà été signé dans sa version initiale par les trois pays fin novembre 2018. Seul le parlement mexicain l’a pour le moment ratifié.

0 partage