Le gouvernement veut renforcer la mobilisation européenne face aux feux de forêt

La ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales, Caroline Cayeux, souhaite renforcer la mobilisation européenne face aux feux de forêt, à travers l’accroissement des moyens aériens et l’uniformisation des modes opératoires, selon un communiqué publié mardi.

« Face aux feux de forêt dramatiques ayant sévi cet été, la solidarité européenne a montré à nos concitoyens que l’Europe était disposée à nous protéger. Dorénavant, il convient de redimensionner le mécanisme de protection civile à l’aune des défis de demain, notamment celui du changement climatique », a déclaré Caroline Cayeux à l’issue d’un échange lundi avec ses homologues européens.

Un « accroissement des moyens aériens et le renforcement de leur financement »

D’après un communiqué du ministère de l’Intérieur, Caroline Cayeux a porté lors de cette réunion « les priorités et les demandes françaises auprès des Etats partenaires et de la Commission européenne », à savoir notamment l’« accroissement des moyens aériens et le renforcement de leur financement ».

Au mois d’août, Emmanuel Macron avait déjà estimé que la France devrait se doter de « davantage » d’avions de lutte contre les incendies et avait appelé à « redéployer une stratégie industrielle » pour construire ces appareils.

Un « rapprochement des modes opératoires entre Etats »

Caroline Cayeux a par ailleurs appelé à un « rapprochement des modes opératoires entre Etats », via des projets de formation et d’entraînements communs.

Pendant l’été, jusqu’à 10.000 sapeurs-pompiers français par jour ont été mobilisés par les incendies qui ont ravagé 62.000 hectares de forêt, un record de la plus grande surface brûlée à ce stade de l’année depuis le début des données satellitaires en 2006, selon le Système européen d’information sur les feux de forêts (Effis).

Huit avions, 101 véhicules et 364 pompiers venus d’autres pays européens sont intervenus en renfort selon le ministère, qui salue la « mobilisation » des Etats partenaires et « l’efficacité » du centre de crise européen.