LCI a 25 ans : Entre décryptage et débats enflammés, quel avenir pour la chaîne info ?

David Pujadas incarne la reconstruction de LCI depuis deux ans — CHRISTOPHE CHEVALIN-LCI

  • LCI fête ses 25 ans cette année.
  • Le canal 26 peut compter sur la puissance du groupe TF1 pour attirer chaque jour de nouveaux téléspectateurs.
  • Le programme de David Pujadas, vitrine de la chaîne, vise à calmer le jeu des émissions de débats en apaisant les tensions, mais affiche tout de même quelques clashs à son compteur.

Malgré ses 25 ans d’antenne, LCI ne s’est jamais aussi bien portée. Elle est pourtant la plus vieille des chaînes d’info françaises, puisque ses consœurs sont âgées de 20 ans pour CNews, 14 pour BFMTV et trois pour franceinfo. L’arrivée de la chaîne sur la TNT gratuite a évidemment changé la donne et a offert un second souffle à « La Chaîne Info », qui se fait une place de plus en plus grande dans le paysage audiovisuel.

LCI a comme avantage de pouvoir compter sur la puissance du groupe TF1. Un an après avoir débarqué sur le canal 26, LCI s’est offert les services de Pascale de La Tour du Pin, visage emblématique de la matinale de BFM. En cette rentrée 2019, c’est un autre nom bien connu du monde des médias qui s’est ajouté au casting de la chaîne, celui d’Elizabeth Martichoux, partie de RTL à la fin de la saison dernière. Chaque jour, la journaliste mène l’interview politique de 8h30.

D’autres personnalités bien connues des téléspectateurs enchaînent en matinée : Olivier Galzi, transfert de CNews, et Audrey Crespo-Mara, joker d’Anne-Claire Coudray au 20H de TF1. Mais c’est en fin de journée que LCI sort sa plus grosse cartouche :  David Pujadas, écarté de la présentation du journal de France 2 en 2017, et visage emblématique de l’information à la télévision. Grâce à ces grands noms, LCI attire plus facilement les téléspectateurs qui retrouvent des personnalités familières. Un point fort leur permettant de conquérir leur confiance plus facilement.

Quelle place pour LCI depuis la TNT gratuite ?

Même si les acteurs concernés ont trouvé une solution dernièrement, BFMTV sort d’une passe difficile. Le 27 août dernier, Free a coupé le signal des chaînes d’Altice sur son réseau. Quelques jours plus tard, Orange a emboîté le pas de Free, déclenchant un malaise du côté de BFM car le fournisseur détient près de 40 % du marché des box. En conséquence à ces coupures de signal, BFMTV a vu ses audiences chuter au fil des jours. Alors qu’elle pointait à 2,5 % de part de marché lundi 27 août, le score était de 1,9 % sur l’ensemble du public une semaine plus tard.

Une aubaine pour LCI ? Finalement, pas tant que ça. Pendant cette coupure de signal, la chaîne oscillait dans sa moyenne habituelle, voire en-deçà, avec entre 0,8 et 0,9 % de part d’audience. Les effets se sont fait ressentir les jours d’après, avec des pointes à 1 % et 1,1 % la semaine passée. De quoi passer devant CNews à six reprises, mais toujours loin derrière BFM, qui a atteint jusqu’à 2,5 % de PDA.

De son côté, franceinfo, la chaîne d’info en continu du service public, continue son petit bonhomme de chemin. Si son audience est stable sur l’année avec 0,5 % de PDA pour le moment, le déclin de CNews fait de la chaîne du groupe Canal sa principale concurrente, à seulement 0,6 % de part d’audience cet été. LCI, quant à elle, ne joue plus dans la même cour et se positionne comme la deuxième chaîne info de France.

Les émissions de débat, vitrines de la chaîne

Être la chaîne emblématique de l’information en continu en France s’accompagne de critiques. Si BFMTV a l’image d’une chaîne racoleuse et mensongère, ses consœurs tentent de se donner une image plus qualitative. Oublié le robinet à informations qui coule à flots, les patrons de l’audiovisuel misent désormais sur le décryptage, l’analyse, et sur la confrontation des points de vue. Les émissions qui font l’image des chaînes sont d’ailleurs celles où il se passe le plus de choses.

À la différence de BFMTV et CNews, se détacher du hard news fait partie des obligations éditoriales de LCI. « Les journaux télévisés et rappels des titres n’excèdent pas 30 % du temps total de diffusion », est-il inscrit noir sur blanc sur la convention entre le CSA et LCI. En résumé, les magazines d’information centrés sur la politique, l’économie, l’actualité internationale, la culture et la consommation font partie intégrante de la grille des programmes. Une orientation qui permet à LCI de s’adresser à un public différent de celui de ses concurrents. Avec une image « premium », la chaîne du groupe TF1 cherche, elle, à conquérir le cœur des CSP +.

Sur CNews, l’émission la plus populaire est L’heure des pros, présentée par Pascal Praud. Chaque jour, à 9h, environ 100.000 personnes se branchent devant leur poste pour suivre les débats enflammés du journaliste et son équipe. Même chose du côté de LCI avec 24H Pujadas, que la chaîne n’hésite pas à mettre en avant chaque matin à la publication de ses audiences. Régulièrement leader des chaînes info entre 18h et 20h, l’émission a même été élue meilleure tranche de chaîne info de la saison lors des derniers TV Notes. Le talk de David Pujadas est devenu la vitrine de LCI.

« On aime le débat, jamais avec l’idée de faire du buzz »

Si les débats semblent plus apaisés chez David Pujadas, quelques accrochages ont fait des remous : il y a eu cette conversation entre le directeur de la rédaction de Libération Laurent Joffrin et l’homme d’affaires Mourad Boudjellal, qui s’est soldée par un « Vous êtes un pignouf » ou encore cette vive tension sur le plateau suite à des propos de… Yassine Belattar, déjà à l’origine d’un conflit chez Pascal Praud. En abordant des sujets de société qui divisent, les programmateurs des différentes émissions sont conscients que les tensions seront facilement attisées en direct, entraînant les désaccords et les envolées lyriques.

Mais l’un des boss de la chaîne l’assure, ces clashs sont indépendants de leur volonté. « Sur LCI, on aime le débat, on aime les échanges d’idées, toujours dans le respect, jamais avec l’idée de faire du buzz, a déclaré Thierry Thuillier, directeur général adjoint du pôle Information du groupe TF1, lors de la soirée d’anniversaire de LCI. Si parfois on échoue, c’est un peu contre notre gré parce qu’on souhaite toujours maîtriser ce que nous faisons à l’antenne. » Reste à savoir si cette image lui permettra de dépasser le mastodonte BFM un jour. Rendez-vous dans 5, 10, ou 25 ans ?

Télévision

Moix chez Ruquier, Ramadan chez Bourdin… Pourquoi les émissions continuent-elles d’inviter des personnalités décriées ?

Série

Pourquoi l’alliance de Netflix et Canal+ pourrait profiter à tous ?

0 partage