« L’amour est dans le pré » : Jean et Laurence se sont séparés… Notre résumé du bilan de la saison

L’amour est dans le pré saison 17, c’est fini. Les téléspectateurs et téléspectatrices de M6 ont découvert ce lundi la deuxième moitié des bilans après un premier volet diffusé la semaine dernière.

Comme le veut la tradition, les agriculteurs qui, tout au long de la saison, étaient en quête de l’amour sont passés face à Karine Le Marchand. L’occasion de répondre à la question fatidique de savoir s’ils ont – ou non – rencontré l’amour.

Alors qui est en couple ? Avec qui ? Et qui est encore à la recherche de sa moitié ? 20 Minutes vous résume l’épisode final de la saison.

Jean a pris le temps de « s’en remettre »

Eleveur bovin du Beaujolais, Jean a marqué la saison, notamment pour son baiser avec Laurence devant les yeux de l’inoubliable Nathalie. L’agriculteur était rapidement tombé sous le charme de l’employée municipale charentaise et a été effrayé par le caractère de sa rivale. « Nathalie, son caractère était un peu plus speed, un peu plus sec », a-t-il reconnu.

C’est seul qu’il s’est présenté pour dresser le bilan de son aventure dans L’amour est dans le pré. Jean avait pourtant effectué son plus grand trajet en voiture pour rejoindre sa prétendante dans sa Charente natale. « Ça allait ensemble, il n’y avait pas à se plaindre », a commenté l’éleveur pour décrire ses premiers pas en couple avec Laurence.

L’éloignement géographique a hélas freiné la relation naissante. « Quand elle a écrit pour l’émission, elle ne s’était pas rendu compte de la distance et que sa famille allait lui manquer… » Laurence n’avait jamais changé de département et s’est aperçue qu’elle n’était pas prête à vivre loin de sa fille. Jean a confié ne pas avoir de rancœur envers la célibataire de 48 ans, mais a ressenti une pointe de déception : « J’ai mis un peu plus d’une semaine pour m’en remettre… »

« Coup de foudre » pour Nadège

Ni Maxime ni Corentin n’auront réussi à percer la carapace de Nadège. « Ça a été une première pour moi de mettre ma vie privée en même temps que ma vie pro », a reconnu l’inséminatrice de chevaux venue d’Ille-et-Vilaine. Elle a néanmoins confié à Karine Le Marchant que l’aventure l’a changée : « Je commence à m’aimer. »

Si elle n’a pas trouvé l’homme qu’elle recherchait sous l’œil des caméras de M6, l’émission lui a quand même permis de ressentir le « coup de foudre » qu’elle espérait. C’est avec Pierre, le meilleur ami de Guillaume du Limousin, qu’elle est désormais en couple. Elle l’a rencontré lors d’une fête organisée par le candidat. « C’est lui l’homme de ma vie », a confié la Bretonne.

Nadège a désormais pour projet de déménager chez son nouveau compagnon en adaptant son travail au haras puisqu’il vit également dans le Limousin. « Je vais arrêter le terrain, me mettre beaucoup plus dans l’administration, a-t-elle expliqué. Tout ce que je fais au bureau au haras, je vais le faire à distance. » Son objectif ? Fonder une famille et pour cela, elle assure qu’elle n’a plus peur de mettre de côté sa carrière professionnelle.

Agnès veut un « macho »

Alors qu’elle avait terminé l’aventure avec Eric, gérant d’une brasserie en Savoie, Agnès n’a finalement pas fait le déplacement jusqu’au domicile de son prétendant. « Je me suis rendu compte que j’étais contente de retrouver ma tranquillité, […] je n’ai pas ressenti le manque. »

Cette maître brasseur du Grand-Est a déploré que les deux hommes qu’elle avait choisis pour la rejoindre dans son exploitation brassicole semblaient déjà « un peu amoureux » d’elle et que cette configuration ne répondait pas à ses attentes. « J’aime bien l’inaccessible », a-t-elle encore expliqué.

Désormais, elle recherche un « macho ». « J’ai envie de conquérir la personne », a-t-elle conclu.

Pour Alain, cela n’a pas « coulé de source »

Alain vit toujours seul dans sa cabane en bordure de la forêt de Brocéliande, en Bretagne. S’il a concédé être « tombé sur de très très belles personnes » dans L’amour est dans le pré, cela n’a pas suffi.

Le comportement de l’ancien éleveur de porc a été très commenté durant la diffusion de l’émission, et notamment ses nombreuses allusions au sexe lorsqu’il s’est retrouvé en tête-à-tête avec Marie-Ange. « Quand je me levais le matin, elle était déjà partie faire un tour dans la forêt. Moi j’avais envie de rigoler, de déconner, de m’amuser, que ça coule de source et que ça se passe bien », s’est-il justifié. Alain n’aura en tout cas pas eu « le déclic » dans l’émission.

Guillaume et Tom toujours en couple

C’est avec Tom que Guillaume l’Auvergnat s’est présenté face à Karine Le Marchand. Les deux hommes ont emménagé ensemble dans la ferme pédagogique située au cœur du Massif central. « On va développer un peu plus l’activité agricole », a expliqué l’agriculteur alliérois.

D’abord freiné par l’âge de son prétendant, âgé de dix ans de moins que lui, Guillaume, 34 ans, a finalement dépassé ses a priori lors du passage de Tom dans son exploitation. Il a confié avoir eu un vrai coup de cœur lors de leur première rencontre à Paris, durant le speed-dating.

« Mes parents sont venus à la ferme », a raconté Tom. Guillaume est aussi allé en Bourgogne pour découvrir la vie de son prétendant au haras. Le couple envisage d’abord d’être heureux « et après on verra bien ce qu’il va se passer ».

Noémie termine l’aventure en « gagnante »

Plus jeune candidate de l’émission, Noémie avait décidé de ne pas poursuivre sa relation avec Gaël. Quelques mois après le passage de ses prétendants à la ferme, elle est donc toujours célibataire.

Mais L’amour est dans le pré a quand même changé sa façon de voir les garçons qu’elle rencontre. « J’ai l’impression que maintenant j’attire plus ce qui me correspond, je me suis rendu compte de ce qu’il me fallait ou pas… » Les moments passés devant les caméras ont permis à la Jurassienne de 25 ans de gagner en estime d’elle-même.

« Même si l’issue n’est pas celle que j’aurais espérée, je suis gagnante sur plein d’autres choses », avance-t-elle.

Alexandre confie la clé de sa ferme à Annaig

On l’avait quitté la semaine dernière à Santorin (Grèce) avec Annaig et c’est également avec sa prétendante qu’Alexandre est arrivé devant Karine Le Marchand. « On a la même vision de la vie », a assuré Annaig. De son côté, l’éleveur laitier de 38 ans a reconnu avoir eu un coup de cœur direct pour l’éducatrice de 27 ans. « Je n’y croyais plus… Ça ne s’explique pas. »

Ils sont revenus sur la séquence du baiser dans le tracteur, qui a généré de nombreux commentaires des téléspectateurs sur les réseaux sociaux. « Je ne savais pas que ça avait tant marqué, on ne fait que de m’en parler », s’est amusée Annaig.

Leur quotidien est désormais rythmé par les allées et venues de la jeune femme à la ferme. « Pour l’instant elle est une semaine sur deux à la maison », a glissé Alexandre. Le couple souhaite s’installer ensemble avant la fin de l’année 2022. Le Normand a d’ailleurs confié la clé de sa ferme à Annaig devant le regard amusé de Karine Le Marchand.