« L’amour est dans le pré » : Critiques, doute et ventriglisse… On a regardé l’épisode 5 avec Noémie

« Tout le monde est prêt ? C’est parti mon kiki ! » Allongée sur son canapé, Noémie se plie à son nouveau rituel hebdomadaire. Depuis le 22 août, l’agricultrice jurassienne de 25 ans est l’une des figures de la 17e saison de L’amour est dans le pré sur M6. Si elle n’avait jamais regardé un seul épisode avant la saison précédente, c’est désormais un immanquable du planning de sa semaine, pourtant chargée. Alors hors de question de faire l’impasse sur le cinquième épisode.

« Chaque lundi, je suis avec des potes et on regarde l’épisode ensemble », commente l’éleveuse bovine, lunettes sur le nez et cheveux tirés en arrière. Elle balaie la question de savoir si un éventuel prétendant se joindra à la fête car il est hors de question de divulgâcher la suite de l’émission. Ce soir, ce sont Chloé et Laurène, ses amies depuis plus de dix ans qui l’ont rejointe à son domicile à quelques encablures de Dole.

« Je me saoule ! »

Il est 21h10 lorsque Karine Le Marchand lance l’épisode et dans l’appartement de « Nonoche » – c’est comme ça que ses amies l’appellent – tous les yeux sont rivés sur l’écran de télévision. Ambiance soirée pyjama pour le trio réuni sous une épaisse couette et l’estomac rempli de Mont d’Or, le fromage local. « On ne va pas allumer le chauffage en septembre », justifie l’agricultrice.

« Ça y est, on y est », lance Chloé pour faire lever les yeux de ses deux amies de l’écran de leur téléphone. Une demi-heure s’est écoulée depuis le lancement de l’épisode quand les caméras se posent enfin dans la ferme de Noémie après avoir suivi tour à tour les péripéties de Thierry, Alexandre et Nadège.

Oppressée par la présence de ses deux prétendants, la jeune femme à la tête d’un cheptel de 55 vaches fond en larme à l’écran. « Aller, on pleure », lance-t-elle à son reflet en 4k avant de rétorquer : « Je me saoule ! »

De réels doutes coupés au montage

Si la séquence ne dure que quelques secondes dans le programme de romance de la six, Noémie confie avoir remis en question sa participation à l’émission au lendemain de l’arrivée de Romain et Gaël.

« J’ai hyper mal vécu le premier levé, se souvient-elle. C’était hyper compliqué pour moi qui déteste le conflit de me dire que j’allais devoir choisir entre deux garçons et faire de la peine à l’un d’eux. Dans ma vie, j’ai toujours été celle qui subissait mais je n’avais jamais été dans la posture de choisir donc je n’étais pas du tout à l’aise. »

La production est intervenue pour convaincre la jeune femme de rester dans le programme. Pourtant les images diffusées n’évoquent même pas ses doutes quant à son avenir dans l’aventure. C’est finalement la présence de ses amis, qui arrivent les bras chargés pour rencontrer ses deux courtisans, qui termineront de persuader Nonoche.

À l’écran comme à la vie

Laurène et Chloé se redressent pour mieux scruter les faits et gestes de leur amie. Mais elles apparaissent aussi tour à tour à l’écran car elles étaient présentes lors des olympiades orchestrées par les proches de l’agricultrice.

Les deux jeunes femmes ayant fait une heure de route pour visionner l’épisode avec l’éleveuse tranchent dans le regard critique de Noémie. « C’est tellement toi, on te reconnaît vraiment, comme dans la vraie vie », s’émerveille Laurène face au reflet pixélisé de son amie.

Depuis le début de la diffusion des images dont le tournage a été entamé il y a tout juste un an, Noémie est la cible de critiques de nombreux internautes qui commentent les épisodes sur les réseaux sociaux. Trop exigeante, dotée d’un rire trop sonore, hors des canons de beauté féminins… Elle a appris à ignorer ces avis négatifs. « En me voyant à l’écran je comprends que certaines choses peuvent mal passer mais ce n’est tellement pas dit avec méchanceté, commente l’agricultrice. Je suis comme ça, un peu brute mais ça me ressemble. »

Un ventriglisse mal interprété

Après une première épreuve sportive pour Romain et Gaël, sous le regard curieux de vaches de Noémie, cap sur le speed dating de l’atypique Alain. « Quand je me regarde dans l’émission, j’ai l’impression que mes séquences durent deux secondes et c’est déjà fini », s’étonne l’agricultrice.

Mais il ne faut pas attendre longtemps pour que des images de drone au-dessus du Jura annoncent le retour à la ferme franc-comtoise. Les prétendants s’apprêtent désormais à s’adonner à un concours de ventriglisse par équipe pour obtenir un rendez-vous avec elle.

La jeune femme redoute de voir ces images, diffusées sur les réseaux sociaux le matin même et ayant généré leur lot de commentaires très critiques. « Certains disent que j’ai organisé ce jeu pour me moquer de mes prétendants, c’est faux. Mes amis avaient organisé les olympiades à mon insu et franchement, on s’est super bien amusés », se remémore Noémie. Ses amies confirment et les trois comparses terminent dans un fou rire général devant les chutes que les images leur ramènent en mémoire.

Concert de notifications

23h15. C’est finalement Romain qui remporte les olympiades dans l’euphorie générale, clôturant l’épisode de L’amour est dans le pré. Les trois amies saisissent leurs smartphones. Les petits engins s’allument dans un concert de vibrations. « C’est dur d’être copine avec une star quand même », ironise Laurène. Devant leurs yeux, les notifications alertent de messages, tags et autres mentions de Noémie sur les réseaux sociaux.

Comme à chaque fois qu’un épisode se termine, ce sont des messages bienveillants qui atterrissent dans la messagerie de l’agricultrice, faisant exploser son nombre de messages non lus et son compteur de followers. Certains saluent son naturel, d’autres lui souhaitent de trouver chaussure à son pied en amour. « C’est toujours comme ça après une diffusion. Les gens sont trop chou, ça fait plaisir ! »

Noémie assure qu’elle répond à tous les messages, hormis ceux qui lui demandent de dévoiler l’issue de son aventure sur M6. « Aujourd’hui, je vais sans doute être réveillée jusqu’à minuit le temps de répondre à tout le monde », prédit-elle.

« On remet ça ? »

À peine debout, Chloé et Laurène enfilent leurs chaussures et leurs vestes. En voiture, elles vont devoir avaler l’heure de route qui les ramènera chez elles. « Je passe chercher de la raclette et on remet ça dans quinze jours ? », demande Chloé avant de franchir la porte.

« J’avais dit que je commençais mon régime ce soir mais ça attendra la fin de la diffusion », conclut Noémie en guise de réponse, à la fois résignée et impatiente. Elle ferme la porte. Dès 7h15, l’agricultrice sera à nouveau auprès de ses bêtes. Comme un sempiternel rappel qu’il n’y a pas que l’amour qui est dans le pré.