La Société générale n’a pas renoncé à récupérer le million d’euros que lui doit encore Jérôme Kerviel

Paris, le 8 juillet 2020. Jérôme Kerviel lors de son audition devant la commission de l’Assemblée nationale. — BERTRAND GUAY / AFP

  • Condamné à cinq ans de prison pour avoir causé une perte à la Société générale, Jérôme Kerviel doit toujours aujourd’hui lui verser un million d’euros de dommages et intérêts depuis 2016.
  • En marge d’une audition devant une commission de l’Assemblée nationale, le 8 juillet, l’ancien trader a indiqué qu’il exerçait aujourd’hui une activité de « consultant ».
  • Les avocats de la banque lui ont immédiatement écrit pour lui demander d’indiquer ses revenus, évoquant en creux sa dette.

Les mauvais comptes font les vieux ennemis. La Société générale n’a pas totalement abandonné l’idée de récupérer auprès de Jérôme Kerviel le million d’euros de dommages et intérêts qu’il lui doit toujours en vertu de la décision rendue le 23 septembre 2016 par la cour d’appel de Versailles (Yvelines).

Selon nos informations, les conseils de la banque ont envoyé, cette semaine, un courrier à l’avocat de l’ancien trader afin de se renseigner sur son activité et sa rémunération actuelle. Le but est clair : savoir quelles sont ses intentions afin de rembourser sa dette.

« Grosso modo, j’ai une activité de conseil et de mise en relations. Et de conférence. »

L’initiative ne doit rien au hasard. Comme 20 Minutes l’a révélé, Jérôme Kerviel a été entendu, le 8 juillet à l’Assemblée nationale, par la commission d’enquête sur les obstacles à l’indépendance du pouvoir judiciaire. Au terme de cette audition qui a duré un peu plus d’une heure et vingt minutes et durant laquelle il a évoqué les dysfonctionnements judiciaires de l’affaire qui porte son nom, l’ancien trader a également révélé qu’il travaillait actuellement.

« Je suis consultant, a ainsi répondu l’ancien employé de la Société générale à une question du député (LREM) Didier Paris. Grosso modo, j’ai une activité de conseil et de mise en relations. Et de conférence. » La réponse n’est pas passée inaperçue auprès des gérants de la Société générale. Ils ont donc immédiatement demandé plus de renseignements afin de savoir de quels revenus dispose actuellement le natif de  Pont-l’Abbé (Finistère)

La facture s’élève aujourd’hui à un peu plus 1.140.600 euros

Condamné à cinq ans de prison dont trois ferme pour avoir causé une perte en prenant des positions risquées sur les marchés, Jérôme Kerviel avait vu, en 2016, le montant des dommages et intérêts passer de 4,9 milliards à 1 million d’euros. Ainsi en avait décidé la cour d’appel de Versailles qui avait pointé du doigt « la responsabilité partielle » du trader mais aussi « l’organisation défaillante » de la Société générale ayant contribué à sa propre perte.

Si la banque n’aurait jamais pu récupérer 4,9 milliards d’euros auprès de son ancien trader, elle n’a pas hésité à lui réclamer ce million de dommages et intérêts. Dès janvier 2017, elle a ainsi fait saisir le contenu des comptes bancaires de Jérôme Kerviel. Sauf que l’ancien trader n’a jamais pu s’acquitter de sa dette. Comme la loi le prévoit, la facture continue d’ailleurs de s’alourdir mois après mois des intérêts légaux. Selon nos informations, la note s’élève aujourd’hui à un peu plus d’1.140.600 euros.

Après une restructuration, la Société générale a présenté, en 2019, un résultat net en baisse de 21,2 % qui s’établit à 3,25 milliards d’euros.

Contacté par 20 Minutes, Jean Reinhart, l’avocat de la Société générale a simplement indiqué que la banque « ne commentait pas les procédures de recouvrement qu’elle est en droit de mener à l’égard de ses débiteurs ». Julien Dami Le Coz, le conseil de l’ancien trader, n’a pas souhaité s’exprimer non plus.

Justice

Indépendance de la justice : Jérôme Kerviel invité à s’exprimer par la commission d’enquête

Société

Affaire Société générale: Les comptes bancaires de Jérôme Kerviel ont été saisis par un huissier

173 partages