« La France va cramer cette semaine »… Le journaliste météo de BFMTV change de ton pour parler de la canicule

« Le but n’est pas de faire peur, mais j’ai décidé, depuis quelques jours, d’abandonner mon ton habituel qu’au fil des mois, je trouve un peu nul », lançait mardi soir, en plateau, Marc Hay, journaliste Météo à BFMTV.

Quelques minutes plus tôt, il venait de faire le point sur les chaleurs qui nous attendent ce mercredi et dans les jours à venir.

« On rentre dans le dur du sujet »

« On rentre dans le dur du sujet, avec des températures qui vont devenir dangereuses », dresse-t-il. Avant de poursuivre : « Vendredi après-midi, des pointes à plus de 40 °C sont attendues dans le sud-ouest (…) et surtout, des régions qui ne sont pas habituées à ces fortes chaleurs vont être concernées par des températures anormalement élevées ». Il mentionne alors les pointes à 40 °C attendues entre Nantes et Angers, ou encore 38 °C en Ile-de-France samedi.

Ce changement de ton n’est pas passé inaperçu. « Votre ton a changé, votre vocabulaire a changé », lui fait-on remarquer. « Il nous fait peur », glisse même une journaliste. Marc Hay, lui, dit en vouloir en finir avec le ton monocorde habituel. « Arriver en plateau et dire « la France va être concernée par une nouvelle canicule… », je pense que ça ne marche plus. (…) Il faut que les gens comprennent que la France, clairement, va cramer cette semaine. » Surtout, Marc Hay invite à avoir en tête sur que ces températures extrêmes arrivent alors que ne nous sommes que mi-juin. « Je pense qu’il faut changer notre manière de parler de ça, parce que ça n’imprime pas. Il faut que les gens se rendent compte que ce qui est en train de se passer n’est que la face cachée de l’iceberg », poursuit le journaliste météo.

Ce changement de ton n’est pas non plus passé inaperçu sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes félicitant Marc Hay pour son franc-parler.