JO 2022 : Trespeuch et Pereira de Sousa veulent une autre médaille, Shiffrin pour l’histoire… Le programme de mercredi

Mardi 8 février – jour 4

Les Français au menu

Déjà, autant prévenir tout le monde, il n’y a pas de biathlon au programme ce mercredi. Cela réduit donc forcément les chances de médailles françaises. Mais elles ne sont pas nulles. Il y en a quelques-unes, à commencer par le snowboardcross. Les Françaises restent sur deux médailles en 2014 (bronze pour Chloé Trespeuch) et 2018 (argent pour  Julia Pereira de Sousa Mabileau). Les deux jeunes femmes seront de nouveau au départ de l’épreuve avec Manon Petit-Lenoir et Alexia Queyrel.

L’autre gros rendez-vous de la nuit est le slalom féminin. On retrouvera Nastasia Noens. A 33 ans, elle dispute ses derniers Jeux avec l’espoir d’une belle surprise au bout. En short-track, Quentin Fercoq et Sébastien Lepape tenteront de se qualifier pour les demi-finales du 1.500m. Même chose pour Gwendoline Daudet et Tifany Huot Marchand sur le 1000m. Enfin, on suivra nos cinq Français engagés sur le combiné nordique (Mattéo Baud, Gaël Blondeau, Antoine Gérard, Laurent Mühlethaler et Edgar Vallet) et le jeune Liam Tourki en snowboard halfpipe.

Le chiffre du jour

Six. La star américaine, Mikaela Shiffrin peut devenir ce mercredi la première skieuse à être sacrée pour la 6e fois en slalom, Jeux olympiques et Mondiaux confondus. Après sa chute lors du géant, elle se doit en plus une revanche sur cette épreuve qu’elle maîtrise à la perfection depuis des années. De retour à son meilleur niveau, la légende américaine devra notamment battre sa grande rivale du moment, Petra Vlhova. Les deux femmes se sont partagé tous les slaloms cette saison.

La course qu’on ne regardera pas

Même si le rythme est moins élevé que lors des JO d’été, on va quand même déclarer forfait pour la luge biplace mixte. On préfère encore le curling. Rien contre les lugeurs à titre personnel, mais en plus il n’y a même pas un Français en lice. Et on ne va pas dépanner pour le coup car avec notre luge, plutôt notre pelle pour enfants, on risquerait vite l’humiliation. Désolé.

Le papier à lire parce qu’il n’y a pas que l’équipe de France dans la vie