JO 2022 : Tessa Worley et Kevin Rolland seront les porte-drapeau de la France à Pékin

Une première pour le freestyle, le retour aux affaires du ski alpin. Kevin Rolland et Tessa Worley, désignés porte-drapeaux de l’équipe de France aux Jeux olympiques de Pékin (4-20 février) tournent la page d’une chasse gardée du ski nordique depuis 2010.

D’un côté, l’un des plus beaux palmarès du ski alpin féminin, de l’autre l’histoire d’un miraculé des tremplins. Le tandem Worley-Rolland a déjoué les pronostics pour emporter les suffrages de leurs pairs. La géantiste de poche (1,58 m) et l’acrobate du halfpipe porteront le drapeau tricolore dans le Nid d’oiseau lors de la cérémonie d’ouverture le 4 février.

Une première pour des Jeux d’hiver

Ce duo homme-femme, sur le modèle de la paire Agbégnénou-Aït Saïd de Tokyo, est une première pour des Jeux d’hiver. Tessa Worley et Kevin Rolland, qui tenteront de mener les Bleus au-delà du record de 15 médailles de Sotchi et de PyeongChang, succèdent au quintuple champion olympique de biathlon Martin Fourcade (2018) qui a depuis remisé sa carabine.

Discipline reine des Jeux d’hiver, le ski alpin n’avait plus eu les honneurs de porter le drapeau français depuis les JO de Salt Lake City il y a vingt ans et Carole Montillet, sacrée championne olympique de descente quelques jours après la cérémonie d’ouverture.

Pinturault et Laffont ont renoncé

De quoi inspirer la double championne du monde de slalom géant Tessa Worley (32 ans), à qui il ne manque qu’une médaille olympique à son riche palmarès – 15 victoires en Coupe du monde et un globe de géant en 2017 par ailleurs.

Le survivant Kevin Rolland (32 ans), médaillé de bronze de halfpipe aux Jeux de Sotchi en 2014 et revenu d’un grave accident en 2019, complète ce tandem sans Gabriella Papadakis ni Guillaume Cizeron. Le couple de patineur, favori au titre en danse sur glace après sa médaille d’argent il y a quatre ans, faisait pourtant figure de sérieuse candidature au duo de porte-drapeau.

Quant à Alexis Pinturault et Perrine Laffont, deux candidats très solides aussi, en tant que lauréat du classement général de la Coupe du monde de ski alpin et championne olympique de ski de bosses à PyeongChang, ils ont renoncé pour une question de calendrier.

Benjamin Daviet, porte-drapeau aux Jeux paralympiques

La paire de porte-drapeaux a été désignée par un collège constitué de deux « ambassadeurs » par fédération concourant aux Jeux, à chaque fois un homme et une femme, eux élus par le public via les réseaux sociaux.

Le biathlète et fondeur Benjamin Daviet, six médailles paralympiques à son palmarès (dont trois d’or), a lui été désigné porte-drapeau pour les Jeux paralympiques (4-13 mars) par un vote des para sportifs français figurant dans la préliste pour les Jeux de Pékin. Il succède à Marie Bochet, octuple championne paralympique de ski alpin.