JO 2022 : Tandis que la Chine déconfine la ville de Xi’an, 72 dépistages positifs sont détectés dans la bulle de Pékin

A moins de deux semaines du début des Jeux Olympiques d’hiver, et alors que 72 dépistages positifs au coronavirus ont été détectés dans la bulle sanitaire de Pékin, les autorités chinoises ont annoncé la fin du long confinement de la ville de Xi’an (nord de la Chine) et de ses 13 millions d’habitants. Ceux-ci étaient restés cloisonnés à domicile depuis le 22 décembre, après la découverte d’un foyer qui a contaminé au total plus de 2.100 personnes.

Ce confinement d’un mois est le plus long et le plus étendu imposé en Chine depuis la mise en quarantaine de la métropole de Wuhan, premier épicentre de la pandémie, de janvier à avril 2020. Le nombre de contaminations reste minime en Chine comparé au reste du monde mais les autorités réagissent au moindre regain épidémique avec des mesures radicales, qui se renforcent à l’approche des Jeux olympiques de Pékin (4 au 20 février).

Pékin, nouveau centre des contaminations

C’est désormais Pékin qui compte le plus grand nombre de contaminations quotidiennes, à une dizaine de jours du début des JO : la capitale a fait état lundi de six nouveaux cas, sur un total national de 18, auxquels s’ajoutent 39 cas importés.

Afin de limiter les risques de contamination, les athlètes et autres participants aux Jeux d’hiver doivent rester à l’intérieur d’une bulle sanitaire. Un total de 72 participants a fait l’objet d’un test de dépistage positif au coronavirus depuis leur arrivée en Chine, ont annoncé dimanche les organisateurs. Le Comité international olympique (CIO) a toutefois annoncé lundi un assouplissement des règles concernant les tests de dépistage, avec un relèvement du seuil à partir duquel une personne est considérée comme positive.